Pour vous dépasser, testez vos capacités

Publié le 31/03/2023 à 14:00

Pour vous dépasser, testez vos capacités

Publié le 31/03/2023 à 14:00

Ce qui empêche bien des gens d’évoluer dans la vie, c’est qu’ils finissent par ne se fier qu'à leurs habiletés. (Photo: 123RF)

OPINION. Je me réfère souvent à cette expression de l’autrice américaine Marianne Williamson: «the top of one mountain is always the bottom of another». Le sommet d’une montagne est toujours le début de la prochaine, peut-on librement traduire.

Cette métaphore inspire tout autant qu’elle porte à la réflexion. J’aime tout particulièrement qu’elle renvoie à une activité, l’alpinisme pour ne pas la nommer, où l’investissement et le dépassement de soi sont au cœur de la réussite.

On doit également respecter la montagne lorsqu’on s’aventure sur ses flancs et parfois même avoir l’humilité de s’avouer vaincu(e) afin de ne pas y laisser sa peau. On tentera de la gravir à nouveau, mais pas sans être retourné(e) au camp de base

Cette image me sert aussi à illustrer que c’est en testant nos capacités qu’on évolue et qu’on améliore nos habiletés. Mais avant de poursuivre, distinguons d’abord l’une de l’autre ces deux notions.

Par habiletés, j’entends nos acquis. Ce sont les talents, compétences, techniques, astuces et autres savoir-faire que nous possédons ou avons développés au fil du temps afin de réaliser nos projets — autant professionnels que personnels.

Les capacités, quant à elles, font référence à notre potentiel. Il s’agit du pouvoir latent qui sommeille en nous et qui nous permet de repousser nos limites lorsque nous relevons de nouveaux défis ou affrontons des situations inédites pour lesquelles nous devons sortir des sentiers battus et nous remettre en question afin d’atteindre nos objectifs.

 

Le piège de s’ancrer dans ses habiletés

Ce qui empêche bien des gens — leaders ou non — d’évoluer dans la vie, c’est qu’ils finissent par se fier uniquement à leurs habiletés, voire se complaisent dans ce qu’elles leur permettent de faire.

Une fois arrivés au sommet, ils admirent d’abord la vue, ce qui est bien normal après avoir investi autant d’efforts pour y parvenir. Puis, ils s’enracinent progressivement dans un traintrain quotidien qui deviendra de moins en moins stimulant à leur insu.

Certes, on peut trouver confortable le fait de chausser les mêmes pantoufles douillettes jour après jour. Mais ça finit par faire son temps lorsque l’ambition nous habite. Les pantoufles s’usent, deviennent moins confortables et percent même parfois. L’insatisfaction s’installe et, si on attend trop, la rouille aussi.

La routine a des atouts indéniables lorsqu’on veut se déposer un moment. Il est donc normal et parfois même souhaitable d’en faire son quotidien afin de bien intégrer ou maîtriser de nouveaux acquis. Avec modération toutefois.

Elle peut vite devenir un véritable étouffoir sinon une usine à déprime lorsqu’on commence à se sentir comme un petit poisson rouge — ou pire un gros — dans un bocal qui paraît sans cesse plus étroit à nos yeux lorsqu’on y tourne en rond encore et encore sans que rien ne s’y passe.

Le hic, c’est qu’on n’identifie pas toujours ce qui provoque cet état d’inconfort. Encore moins lorsqu’on surfe sur le succès puisque tous les signaux nous semblent positifs. Cela s’explique parce que la stagnation s’installe à notre insu lentement, sournoisement, insidieusement. D’où l’importance de l’avoir toujours à l’œil ou à l’esprit.

 

Les bienfaits de miser sur ses capacités

Nous ne sommes jamais aussi vivants que lorsque nous sortons de notre zone de confort. Rien de tel que de puiser au fond de nos ressources pour améliorer nos habiletés ou en développer de nouvelles et arriver à nos fins.

Vrai, ça peut être déstabilisant, insécurisant et parfois même angoissant. Mais c’est aussi stimulant, motivant et excitant, car ça nous plonge dans l’action, nous pousse à élargir nos horizons et à aborder les choses autrement.

Rester au sommet d’une montagne ne peut nous amener à évoluer ni augmenter notre bagage de compétences. Il faut en redescendre et se lancer à la conquête d’une autre pour cela. Chaque montagne présentant des obstacles qui lui sont propres, toute ascension vers un prochain sommet nous confronte donc à des situations singulières sujettes à nous présenter des défis inédits.

Ces nouveaux défis exigeront que nous allions au-delà de nos habiletés, que nous essayions autre chose pour les relever. Nous testerons alors nos capacités, ce qui pourra engendrer des erreurs ou des revers qui nous renforceront et nous feront néanmoins avancer. Le processus tient souvent du marathon, avec son lot d’embûches, mais il faut persévérer, car tôt ou tard, cela nous conduira vers le succès.

Pour évoluer, il faut bouger, tenter, oser. C’est seulement en sortant de notre zone de confort et en relevant de nouveaux défis que nous réussissons à donner le meilleur de nous-mêmes, à nous surpasser, à aller au bout de notre potentiel et à nourrir, à notre plus grand bonheur, notre sentiment de satisfaction.

À propos de ce blogue

Dans ce blogue, Claudine Bergeron aborde les enjeux propres aux gestionnaires, une réalité dans laquelle elle est plongée quotidiennement. Sa longue expérience, sa vision lucide et son approche inspirante aideront les leaders d’aujourd’hui et de demain à mieux exploiter leur potentiel. Et cela, afin de créer dans leur entreprise un climat de travail équilibré où performance, rentabilité, bien-être et mobilisation du personnel sont en parfaite harmonie.

Claudine Bergeron

Sur le même sujet

L’art d’être plus efficace

21/05/2024 | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «J’ai décidé de ne plus subir la technologie et de l’utiliser, sous mes conditions.»

Saint-Germain-de-Grantham contre Annexair?

COURRIER DES LECTEURS. «La municipalité s’acharne à retarder un projet de 30 M$ à cause d’une affiche de chantier.»