Attention aux excès de positivité!

Publié le 01/07/2022 à 12:00

Attention aux excès de positivité!

Publié le 01/07/2022 à 12:00

«Jouer la carte de la positivité à outrance dans l’adversité ne mène à rien de bon et risque même fortement de causer de la frustration.» (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Je suis tombée sur un livre captivant récemment: Toxic Positivity de la psychothérapeute américaine Whitney Goodman. Un livre d’autant plus intéressant qu’il traite d’un sujet lié à ma formation (j’ai fait des études en psychologie positive appliquée) et, surtout, du fait que la positivité a une incidence indéniable sur le leadership. Et pas toujours pour le mieux lorsqu’elle est mal dosée ou nuancée.

 La perspective que la positivité — à ne pas confondre avec le positivisme, une doctrine basée sur l’argumentation rationnelle et la stricte interprétation des faits — puisse être nuisible peut étonner certaines têtes dirigeantes, à commencer par ses apôtres inconditionnels. C’est pourtant possible, car outre ses effets stimulants et bénéfiques incontestables, la positivité peut aussi faire long feu et avoir exactement le résultat inverse que celui souhaité lorsqu’elle est imposée sans discernement.

 

Appeler un chat un chat

Le travail et les affaires, comme la vie, ne sont pas faits que de hauts et de réussites. Des bas, des échecs et des périodes difficiles surviennent aussi — la pandémie nous l’a certainement démontré — et il est sain de les identifier comme tels. Jouer la carte de la positivité à outrance dans l’adversité ne mène à rien de bon et risque même fortement de causer de la frustration en empêchant les gens d’exprimer leurs émotions, ce qui n’est jamais motivant ni positif. Bonjour le paradoxe de la positivité!

Reconnaître la présence d’un écueil est la première étape pour analyser une situation froidement afin d’y faire face pour la surmonter et d’en tirer les leçons appropriées qui nous rendent meilleur(e)s ensuite. Vous aurez beau être optimiste et positive ou positif à souhait devant un obstacle, vous ne le ferez pas disparaître. En admettant son existence, vous pouvez ensuite mettre en jeu l’inventivité, l’esprit d’initiative et la perspicacité de vos ressources pour alimenter le dépassement de soi et repousser les frontières du possible afin de le surmonter, voire défricher de nouvelles avenues vers le succès.

 

Du négatif peut naître du positif

À tort et habituellement de façon inconsciente, certain(e)s leaders utilisent la positivité comme porte de sortie lorsque survient une difficulté, au lieu de laisser leurs ressources vivre ce qu’elles ont à vivre — ce qui peut être plus confrontant et perturbant —, d’être à leur écoute et de les aider à traverser la tempête en étant pour elles un phare qui les guide afin de régler durablement une situation problématique.

À défaut d’être une oasis de bonheur, la maîtrise d’une difficulté contribue à mieux connaître les forces et faiblesses d’une équipe, à créer un meilleur esprit de corps et à permettre à la positivité de revenir d’elle-même dans le portrait par la voie du sentiment de satisfaction que procure immanquablement la capacité de résoudre un problème ou de surmonter une difficulté. La positivité revient même encore plus forte du fait de l’expérience acquise par chacune et chacun dans le tumulte. Et cela, naturellement, parce qu’elle est alors stimulante et unifiante et non intoxicante comme cela arrive lorsqu’elle est imposée les yeux fermés sur la réalité.

 

Utiliser la positivité à bon escient

Pour être bienveillante et constructive, la positivité doit permettre aux gens de s’exprimer et non les étouffer ou les dévaloriser parce qu’ils ne se focalisent pas seulement sur le bon côté des choses. L’art de bien l’exploiter nécessite aussi de comprendre qu’il n’y a pas de recette universelle pour la déployer et que chaque individu y réagit différemment.

Certaines personnes répondent bien à la positivité parce qu’elles la cultivent et ont une tendance naturelle à voir les aspects positifs de toute situation. D’autres ont besoin d’encaisser et de digérer les aspects négatifs d’une situation avant de répondre à la positivité. Il est essentiel de leur laisser l’espace et le temps pour le faire, en leur offrant un bon encadrement pour éviter les dérives, notamment l’embourbement dans la négativité. Mettre en valeur leurs forces et témoigner de votre confiance en leurs compétences pour contribuer à la résolution d’un problème est alors une bien meilleure avenue pour les guider vers la positivité que de leur imposer celle-ci sans retenue.

Quel que soit le contexte, et tout particulièrement dans les situations difficiles, la positivité n’est jamais plus profitable que lorsqu’elle est servie avec mesure, en temps opportun. Soyez-en conscient(e) et elle sera une puissante alliée pour établir votre leadership.

À propos de ce blogue

Dans ce blogue, Claudine Bergeron aborde les enjeux propres aux gestionnaires, une réalité dans laquelle elle est plongée quotidiennement. Sa longue expérience, sa vision lucide et son approche inspirante aideront les leaders d’aujourd’hui et de demain à mieux exploiter leur potentiel. Et cela, afin de créer dans leur entreprise un climat de travail équilibré où performance, rentabilité, bien-être et mobilisation du personnel sont en parfaite harmonie.

Claudine Bergeron

Sur le même sujet

Déconstruire les vieux mythes

16/08/2022 | Manon Jeannotte

BLOGUE INVITÉ. En achetant Clearwater Seafoods, les Mi’kmaq ont montré qu’ils savent brasser des affaires.

Ce que je ferais de différent

16/08/2022 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Après une quinzaine d’années en affaires, le Nicolas d’aujourd’hui est-il si différent?