La vulnérabilité financière, un grand risque à écarter

Publié le 08/04/2016 à 09:45

La vulnérabilité financière, un grand risque à écarter

Publié le 08/04/2016 à 09:45

Photo: Shutterstock

Dernièrement, quelqu’un m’a demandé ce qui m’empêchait de dormir la nuit. En y pensant, j’ai réalisé qu’il s’agissait en fait de plusieurs choses, dont la santé de mes enfants. Mais plus particulièrement, je songe beaucoup aux problèmes de santé mentale qui semblent de plus en plus fréquents de nos jours.


J’ai lu récemment que d’ici 5 ans, la maladie mentale affectera plus de canadiens que toute autre maladie, en plus de surpasser la crise cardiaque en tant que principale cause de mortalité.


Un rapport de la revue Investor Economics révélait qu’approximativement un million de canadiens souffriront d’une forme de démence ou de troubles cognitifs en 2020. C’est énorme.


L’Association canadienne pour la santé malade informe pour sa part que 20% des canadiens seront personnellement touchés par la maladie mentale au cours de leur vie.


Dans un autre rapport datant de 2011, j’ai lu qu’il est vrai que les progrès médicaux nous permettent de vivre plus longtemps de presqu’une décennie, mais que cette longévité accrue est souvent accompagnée de troubles cognitifs importants comme l’Alzheimer.


Ces informations me préoccupent beaucoup. Elles mettent en lumière la vulnérabilité financière de nombreux Canadiens. Il s’agit en effet d’un enjeu majeur et tous devraient en être conscients afin de planifier en conséquence.


Considérant que 50% des Canadiens n’ont pas de testament, je me risquerais à dire que le pourcentage de Canadiens n’ayant pas de mandat d’inaptitude doit être nettement plus élevé. Ceci fait en sorte que l’abus financier de nos aînés pourrait devenir un sérieux problème.


Restez l'auteur de la suite de votre histoire


La rédaction d’un mandat d’inaptitude fait en sorte que vous restez l’auteur de la suite de votre histoire.


En effet, le mandat désigne une personne que vous aurez choisie et en qui vous avez entièrement confiance afin que cette dernière agisse en votre nom lorsque vous ne le pourrez plus.


Vous pouvez envisager de nommer deux personnes, une qui pourrait s'occuper de votre bien-être et l’autre d’administrer vos biens. Le ou les mandataire(s) aura(ont) le plein pouvoir d’agir en votre nom.


Il s’agit d’un excellent moyen pour veiller à ce que vos affaires financières soient prises en charge si vous devenez incapable de le faire.


Par exemple, vous recevez un diagnostic débilitant et il vous est impossible de rentrer chez vous, phénomène que l’on risque de voir survenir de plus en plus souvent. Votre mandataire aura le pouvoir de vendre votre maison au besoin et d’utiliser le produit pour payer vos dépenses de santé. Il sera également en mesure de produire vos déclarations fiscales annuelles, de payer toutes vos factures et de prendre des décisions d’investissement en votre nom.


Le mandat est activé uniquement si une inaptitude est confirmée. Le processus commence avec des évaluations médicales et psychosociales sur la personne. Ces évaluations sont validées par le tribunal. Une fois validées, un jugement est déclaré et le mandat entre en vigueur, donnant aux mandataires le pouvoir d’agir au nom du mandant. Le mandat d’inaptitude prend fin lors du décès du mandant, ou si ce dernier redevient apte.


En général, les gens croient que la famille proche sera automatiquement désignée pour veiller à nos besoins si nous tombons malades sans mandat. C'est faux.


Si nous n’avons pas de mandat valide, un jugement du tribunal doit être initié avec les membres d’un conseil de famille. Il y aura nomination d’un curateur privé par le tribunal. Il est donc préférable d’éviter ce processus qui peut s’avérer long et lourd. Un simple mandat d’inaptitude fait durant vos bons jours permettra que vous décidiez du sort de vos affaires.


L’âge d’or vient avec une vulnérabilité financière. C’est un enjeu majeur. Notre meilleure ligne de défense est définitivement d’en être conscient et de planifier en conséquence.


 

À propos de ce blogue

Des études ont démontré qu’environ la moitié des Canadiens adultes ont un testament valide, ce qui est peu. Alors que certains aimeraient qu’à leur décès, leur conjoint ou leurs enfants héritent de tous leurs biens, d'autres préfèrent ne pas penser à ce genre de détail pour le moment. Peu importe votre situation, la rédaction d'un testament et l'établissement d'un plan visant la distribution de vos biens sont des étapes très importantes. En effet, clarifier le genre d’héritage que vous souhaitez léguer, ainsi que planifier les soins qui devront être prodigués si vous avez des personnes à votre charge, par exemple, représentent des gestes que vous pouvez poser et qui peuvent grandement bénéficier aux gens qui vous sont chers. Carmela vous amènera à réfléchir et analyser votre situation dans le but de vous aider à bien planifier vos affaires. Ce faisant, elle vous offrira un aperçu pratique des éléments dont vous devriez tenir compte ainsi que des questions personnelles que vous devriez aborder dans le cadre de la préparation de votre testament et de la planification de votre succession. L'objectif étant l’atteinte d’une tranquillité d'esprit une fois vos affaires financières en ordre.

Carmela Guerriero

Sur le même sujet

10 choses à savoir mardi

03/04/2018 | Alain McKenna

Cette vidéo de l'Autopilot coulera Tesla. Pas de 5G au Canada sans nouvelles fréquences, voici le cadenas du futur!

10 choses à savoir mardi

30/01/2018 | Alain McKenna

Bombardier fait mal à Trump, cette appli combat l'Alzheimer, ce lait de pois jaune fait saliver Wall Street.