Comment peut-on disposer avec respect des effets personnels de notre être cher

Publié le 12/03/2016 à 10:00

Comment peut-on disposer avec respect des effets personnels de notre être cher

Publié le 12/03/2016 à 10:00

Tout récemment, j’ai lu un article racontant l’histoire d’un homme qui fut nommé liquidateur pour régler la succession d’une amie. Honoré, il a évidemment accepté la responsabilité de s’occuper des dernières volontés de son amie. L’auteur de l’article en question a bien mis l’emphase sur certains aspects émotifs, c’est-à-dire qui ne sont pas directement reliés aux finances ou au côté légal, et qui peuvent devenir complexes lorsque vient le temps de régler une succession.

J’ai beaucoup écrit à propos des aspects techniques reliés aux règlements de successions, et j’ai eu envie de vous partager cette histoire qui touche plutôt les côtés personnel et émotif, qui sont tout aussi importants. Voici donc l’histoire de Juliette.

Juliette n’avait pas d’enfants, et elle était gravement malade. C’est donc un de ses amis proches qui s’est vu devenir responsable des soins de fin de vie procurés à Juliette, ainsi que de la distribution de sa succession lorsque sa grande amie décéderait. Après 15 mois de lutte contre une maladie incurable, Juliette décède en février 2016, et l’ami en question fut évidemment déchiré par la perte de cette personne chère.

N’ayant pas encore tout à fait eu le temps de réaliser que Juliette était décédée, son ami faisait déjà face à une énorme responsabilité émotive : celle de s’occuper de ses effets personnels et de la succession. Alors qu’il se tenait debout dans une pièce remplie de choses que Juliette chérissait, il lui est apparu évident que la responsabilité qui l’attendait était immense et intimidante. Ces choses dont il était responsable n’avaient peut-être pas toujours de valeur monétaire, mais pouvaient très bien avoir une valeur sentimentale. Il s’agit là de tout un défi : s’assurer que « ces choses » soient traitées comme Juliette l’aurait aimé, et que tout cela se fasse en accord avec les sentiments des bénéficiaires....

Nous passons notre vie à ramasser toutes sortes de choses. Ces choses, c’est une montagne de livres, des babioles de toutes sortes, des magazines, des photos, un chandail tricoté adoré venant de notre grand-mère, des bijoux, des voitures, des crayons, et ainsi de suite, et la liste pourrait presque être infinie! Mais lors d’un décès, ces biens deviennent des « choses » ayant une histoire écrite par celui ou celle qui les laisse derrière. Ces choses semblent prendre une certaine valeur et devenir plus tangibles une fois le propriétaire décédé, et les histoires derrière ces objets trouvent un sens.

Les décisions à prendre sur la façon de gérer et de disposer de ces objets étaient lourdes pour le liquidateur de Juliette. Il se posait des questions telles que : « Est-ce que je trahis mon amie si je vends cet objet? » « Devrais-je le donner à une œuvre de charité ou le vendre dans une vente de garage? » Les options sont nombreuses et les décisions parfois difficiles à prendre. « Combien de temps dois-je attendre avant de m’en débarrasser? » « Y a-t-il une durée de deuil appropriée avant que je passe à l’action? ».

Ce sont toutes des questions légitimes, et il est normal pour l’exécuteur de se sentir déchiré lorsque vient de le temps de décider du sort des biens du défunt.

En réalité, il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Cependant, si le testament ou une note écrite donne des indications sur ce que souhaitait faire le défunt avec ses biens, il est important de respecter les volontés. Cela permettra aussi de vous éviter des critiques provenant des proches du défunt.

Éventuellement, les bénéficiaires prendront possession de ce qui leur est légué, et les enchères auront peut-être vendu les autres articles. La tâche s’allègera et la poussière finira par tomber.

 

 

À propos de ce blogue

Des études ont démontré qu’environ la moitié des Canadiens adultes ont un testament valide, ce qui est peu. Alors que certains aimeraient qu’à leur décès, leur conjoint ou leurs enfants héritent de tous leurs biens, d'autres préfèrent ne pas penser à ce genre de détail pour le moment. Peu importe votre situation, la rédaction d'un testament et l'établissement d'un plan visant la distribution de vos biens sont des étapes très importantes. En effet, clarifier le genre d’héritage que vous souhaitez léguer, ainsi que planifier les soins qui devront être prodigués si vous avez des personnes à votre charge, par exemple, représentent des gestes que vous pouvez poser et qui peuvent grandement bénéficier aux gens qui vous sont chers. Carmela vous amènera à réfléchir et analyser votre situation dans le but de vous aider à bien planifier vos affaires. Ce faisant, elle vous offrira un aperçu pratique des éléments dont vous devriez tenir compte ainsi que des questions personnelles que vous devriez aborder dans le cadre de la préparation de votre testament et de la planification de votre succession. L'objectif étant l’atteinte d’une tranquillité d'esprit une fois vos affaires financières en ordre.

Carmela Guerriero

Sur le même sujet

La clause de survie est essentielle pour éviter un dénouement non désiré

14/12/2018 | Carmela Guerriero

BLOGUE. Même si cela paraît naturel, transférer le reliquat d’une succession à son conjoint peut causer des problèmes

L'importance de protéger une maison vacante lors d'une succession

16/11/2018 | Carmela Guerriero

BLOGUE INVITÉ. Voici l'histoire d'une succession qui perd beaucoup d'argent à cause d'une négligence.