Le grand art de commettre des erreurs en Bourse


Édition du 01 Novembre 2014

Le grand art de commettre des erreurs en Bourse


Édition du 01 Novembre 2014

Au début d'octobre, Warren Buffett, président de Berkshire Hathaway, a admis sur les ondes de la chaîne financière CNBC qu'il avait commis une erreur en achetant des actions de la société britannique Tesco.

«J'ai fait une immense erreur», a-t-il déclaré sans laisser de place pour les excuses ou les échappatoires.

Quelques jours plus tard, le Wall Street Journal révélait que M. Buffett avait réduit sa participation dans le géant du commerce de détail à moins de 3 %, ayant vendu pour au moins 232 millions de dollars d'actions.

Le titre de Tesco a perdu près de 50 % de sa valeur cette année en raison de mauvais résultats et d'erreurs comptables.

Au 31 décembre 2013, Berkshire Hathaway avait 301 millions d'actions de Tesco d'une valeur au marché de 1,7 milliard de dollars, correspondant approximativement à leur coût. Au 22 octobre, M. Buffett affichait une perte d'un peu moins de 800 M$ US sur son placement depuis le 1er janvier.

Sur la base de la valeur de Berkshire, c'est un détail insignifiant représentant moins de 1 % avant impôts de son portefeuille d'actions de plus de 100 G$ US. C'est comme si votre portefeuille valant 100 000 $ avait subi une perte de 800 $. Décevant, mais sans plus.

Blogues similaires

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

La Bourse ballotée entre deux maux, à mi-année

Mis à jour le 23/06/2022 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Après le choc de l'inflation, le spectre d'une récession remanie les pions en Bourse.