Investir en 2015

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Février 2015

Investir en 2015

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Février 2015

Photo: Shutterstock

Les marchés financiers et en particulier la Bourse sont doués pour semer la crainte. Même si, la plupart du temps, c'est la volatilité qui fait peur, les marchés peuvent inquiéter lorsqu'ils explosent ou ne font rien alors qu'ils devraient réagir.

Une ou deux manchettes, une statistique économique ou un commentaire d'un personnage reconnu peuvent changer la tendance, l'humeur et les perspectives.

Plusieurs changements d'humeur

Depuis octobre 2014, les marchés ont déjà subi quelques-uns de ces changements. Le début de ce mois a été marqué par les craintes liées aux économies chinoise et européenne. Rassurés par des statistiques positives de l'économie américaine, les titres boursiers ont ensuite rebondi puissamment.

À ce moment, la certitude était que les taux d'intérêt allaient monter aux États-Unis et qu'il fallait réfléchir aux meilleures façons d'investir dans ce contexte pour faire de l'argent en 2015.

Or, un autre événement à la fin de l'année 2014 a encore une fois modifié le sens du vent boursier. La dégringolade des prix pétroliers a provoqué un raz-de-marée sur les marchés qui craignent maintenant que celle-ci soit la preuve que toute l'économie mondiale est beaucoup plus faible qu'on ne le croit. On craint une récession planétaire, voire une dépression.

En quelques jours, les capitaux ont subitement bifurqué vers les titres obligataires, faisant baisser les rendements à des niveaux historiquement extrêmes. Le thème de la déflation refait les manchettes.

C'est ainsi que s'ouvre 2015, les certitudes de hausses de taux étant ébranlées.

Avec ces mouvements subits et contradictoires, pas surprenant que bien des investisseurs soient un peu perdus, et même inquiets.

Blogues similaires

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Bourse: partie remise pour la Longueuilloise KDC/One?

ANALYSE. Michael Salzillo cite la «volatilité» des marchés pour expliquer sa marche arrière.