Faire le pire avec le meilleur

Publié le 17/05/2010 à 16:00

Faire le pire avec le meilleur

Publié le 17/05/2010 à 16:00

Blogue. J’en ai déjà parlé. Mais c’est si important qu’il faut revenir sur l’impact des réactions des investisseurs sur leur propre performance.

Trouver un placement comme le fonds américain CGM Focus, géré par Ken Heebner, est le rêve de tout investisseur. Au 31 décembre 2009, son rendement annuel composé depuis 10 ans était de 17,9 %. Ce qui veut dire que 10 000 $ investis dans ce fonds il y a 10 ans valaient plus de 51 000 $ au 31 décembre 2009. Cela pendant une période où l’indice S&P 500 n’a rien fait.

Vraiment exceptionnel.

Sauf que le rendement annuel du détenteur moyen a été de moins 11 %!!!!

Si vous composez un tel rendement négatif sur 10 ans, vous perdez un gros paquet d’argent.

Comment est-ce possible ? Facile : comme il s’agit d’un fonds concentré (au 31 décembre, il avait un actif de 3,6 milliards de dollars US investi dans 18 titres), on peut présumer qu’il était fort volatil.

Ainsi, les détenteurs ont acheté alors que la valeur du fonds grimpait rapidement et ont vendu, près des creux, alors que la valeur dégringolait.

Résultat : même s’il s’agit d’un fonds gagnant exceptionnel, ils n’ont pu en profiter, bien au contraire!

Qu’en pensez-vous?

Bernard Mooney

 

 

À propos de ce blogue

Chroniqueur au Journal Les Affaires, Bernard Mooney traite de la Bourse sous toutes ses facettes en s’adressant particulièrement aux investisseurs à long terme. Il est connu pour une vision misant sur le gros bon sens.

Bernard Mooney

Blogues similaires

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom Ă  l'Ă©tranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier Ă  nos produits. Bonne ...

Ă€ la recherche de croissance dans un monde Ă  faible croissance

BLOGUE INVITÉ. Trois types d’entreprises nous viennent rapidement à l’esprit.

Le vent tourne-t-il en Bourse?

BLOGUE. Un seizième record pour le S&P 500 cette année suscite encore la méfiance.