Bernard Mooney : parler d'une bulle pour l'or n'a aucun sens

Publié le 15/10/2010 à 08:15, mis à jour le 15/10/2010 à 08:49

Bernard Mooney : parler d'une bulle pour l'or n'a aucun sens

Publié le 15/10/2010 à 08:15, mis à jour le 15/10/2010 à 08:49

Blogue. De temps en temps, je vois des textes et des commentaires à l’effet qu’il faut craindre une bulle dans l’or. À chaque fois, je ne peux m’empêcher de rire.

Parler de bulle dans l’or est ridicule parce qu’il n’y a aucun moyen rationnel d’évaluer le prix de l’or.

Lorsque vous me dites qu’une société se vend, disons 100 $ en Bourse, lui donnant une valeur de 100 M$, je peux en faisant quelques calculs vous dire si cette valeur a du sens. Je n’ai qu’à jeter un œil à ses revenus, ses profits et tenter d’estimer combien d’argent elle génèrera dans l’avenir.

Si j’estime qu’elle génèrera disons 1 M$ dans cinq ans, je peux vous dire qu’elle est mieux d’avoir une croissance faramineuse par la suite pour justifier sa valeur boursière.

De la même façon, lorsque le S&P 500 se vendait 30 fois les profits en 1999 et au début de 2000, on pouvait dire qu’en fonction de son évaluation historique et des perspectives de croissance des profits de 6-7%, c’était une évaluation très élevée. Je dis «très élevée» parce que je ne sais pas exactement à partir de quelque niveau on peut parler de «bulle».

Mon point, c’est qu’on ne peut absolument pas faire un calcul semblable avec l’or. Par conséquent, sur quelle base peut-on parler de bulle?

Blogues similaires

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | Fran√ßois Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Que disent l'emploi et d'autres signaux pour la suite en Bourse?

BLOGUE. L'emploi est un indicateur contraire parce que le ch√īmage ne peut que s'am√©liorer apr√®s une r√©cession.