Apple ne rend pas le Dow Jones plus pertinent

Publié le 09/03/2015 à 09:45

Apple ne rend pas le Dow Jones plus pertinent

Publié le 09/03/2015 à 09:45

(Photo: Bloomberg)

Apple est un choix évident pour le Dow Jones, mais cela ne rend pas cet indice plus pertinent.

La semaine dernière, le comité responsible de la gestion du vénérable indice boursier, qui date de 119 ans, a annoncé qu’à partir du 19 mars, le géant des technologies Apple remplacera la société téléphonique AT&T parmi les 30 titres du Dow Jones industriel.

Ce n’est pas un choix surprenant si on considère l’importance, l’influence, voire l’omniprésence grandissante d’Apple et de ses produits dans notre monde. C’est après tout la plus importante société au monde, et de loin, avec une valeur boursière dans les 730 milliards de dollars (G$) US.

De plus, cela donne une plus grande importance au segment technologique à l’intérieur du Dow Jones, ce qui est aussi une bonne chose. Avant l’arrivée d’Apple, il n’y avait qu’Intel, Microsoft, Cisco Systems et IBM dans l’indice, représentant au total 10%. Or, ce secteur représente 20% du S&P 500, ce qui est plus près de la réalité économique américaine (en fait, c’est probablement inférieur à la réalité).

Apple devrait représenter environ 5% du Dow Jones poussant à 15% l’importance du secteur technologique.

Ce qui est un peu bizarre c’est de réaliser qu’une même société peut avoir un poids si différent selon l’indice. En effet, Apple représente 10% de l’indice Nasdaq et seulement 4% du S&P 500. C’est là qu’on réalise que les indices sont très différents, à la fois dans leur calcul et leur composition.

L’indice Nasdaq est composé de près de 3000 titres, le S&P 500 de 500 et le Dow, de 30. Ce dernier n’en a pas assez pour être vraiment représentatif d’un marché aussi vaste que les États-Unis.

Par ailleurs, le Dow Jones est calculé sur la base d’une pondération reposant sur la valeur des titres en Bourse. À l’opposé, le S&P 500 et le Nasdaq sont pondérés en fonction de la valeur boursière. Et cela fait une grande différence.

Par exemple, un titre qui se vend 100$ en Bourse a 10 fois l’importance d’un titre à 10$ à l’Intérieur du Dow Jones. Peu importe que la société à 10$ soit plus grosse que l’autre.

Visa, à 275$US, a ainsi environ 10 fois l’importance de General Electric, à 25$US dans le Dow Jones, ce qui est absurde.

Ce qui explique pourquoi il n’était pas question qu’Apple se retrouve dans cet indice lorsqu’il se négociait à 700$US. Il aurait tout simplement eu beaucoup trop d’importance.

Le Dow Jones donne donc une importance marginale aux titres qui se vendent à petit prix, peu importe leur valeur boursière. IBM a la même importance dans le Dow que Cisco, Intel et Microsoft, réunies. Ce qui n’a aucun sens, autant sur le plan économique que financier.

Le Dow Jones n’est vraiment pas un indice pertinent. Il fait partie davantage du folklore boursier et c’est seulement ainsi qu’il faut le considérer.

Bernard Mooney

 

Blogues similaires

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Bourse: à la recherche du «nouveau normal»

ANALYSE. En attendant la Fed le 21 septembre, le duel entre l'inflation et l'économie soulève des débats.