Voici comment les technos québécoises se démarquent au CES 2017

Publié le 05/01/2017 à 09:19

Voici comment les technos québécoises se démarquent au CES 2017

Publié le 05/01/2017 à 09:19

Les écouteurs Bluetooth Phazon. (Photo: Phazon)

D’après vous, qu’ont en commun la plupart des entreprises québécoises qui tentent de percer le marché international en se présentant au Consumer Electronics Show de Las Vegas? Si vous les croyez issues du jeu vidéo, de l’aéronautique ou du logiciel, vous avez tout faux. C’est la musique qui les unit. Et leur potentiel pour percer le marché international.


Une quinzaine d’entreprises de chez nous viennent passer la semaine dans la capitale américaine du vice. Couvrant le CES depuis une quinzaine d'années, il semble raisonnable de parler d'une bonne cuvée. Il y en a pour tous les genres (et on y reviendra), mais un nombre étonnant d'entre elles est lié d’une façon ou d’une autre à l’écoute musicale. Pour un événement qui fête cette année son 50e anniversaire, et qui a toujours été un rendez-vous de choix pour les fabricants et les détaillants de composants audiovisuels, c’est un peu normal.


Simaudio, un fabricant de récepteurs audio très haut de gamme, connait déjà un beau succès en Europe et en Asie. L’entreprise qui fait tout à partir de son usine de Boucherville est à nouveau présente au CES cette année avec un produit phare qui devrait asseoir la réputation de la marque dans son créneau.


Le prochain Shazam?


Simaudio n’est évidemment pas seule à lorgner le marché international. AmpMe, qui a créé l’application du même nom permettant de jumeler plusieurs mobiles et haut-parleurs Bluetooth ensemble afin de créer des zones sonores sans tracas, tente une première incursion à Las Vegas cette semaine. Ses représentants sont sur place afin de faire essayer le produit aux visiteurs. La société semble faire mouche, la plupart des visiteurs sortant de la cabine d’essai avec le sourire, manifestement impressionnés par cette application gratuite qui remplace avantageusement un ensemble Sonos vendu au gros prix.


Que fait une application mobile dans une exposition d’appareils électroniques? Est-ce une façon de se faire voir des grands joueurs dans ce marché, en vue de se faire acheter, puis d’intégrer cette fonction à une autre application?


Pas du tout, assure son fondateur, Martin-Luc Archambault. AmpMe se positionne comme solution de rechange et, surtout, comme une technologie à part entière. «On suit le chemin tracé par Shazam. Ça avait l’air d’une simple option de plus pour la musique, au départ, et aujourd’hui c’est une entreprise à part entière. C’est ce qu’AmpMe souhaite devenir», explique M. Archambault.


Ces écouteurs Bluetooth qui défient Apple


Phazon, un fabricant d’écouteurs Bluetooth sans fil né d’un financement réussi sur le site Indiegogo, présente au CES une version quasi-finale de son produit éponyme. Conçus exprès pour ne jamais tomber, ils sont le compagnon idéal des coureurs, des nageurs, et d’autres amateurs d’activité physique, selon ses créateurs. La mise en marché par Apple des AirPods, juste à temps pour Noël, a permis de braquer les projecteurs sur ce marché très émergent des écouteurs totalement sans fil. Phazon pense avoir un produit qui se distingue de la concurrence, incluant Apple, Bragi, Earin, Monster et bien d'autres.


L’objectif de l’entreprise montréalaise à Las Vegas est simple: trouver un distributeur pour le marché américain, l’Europe et l’Asie. «Les écouteurs sans fil sont en forte demande cette année, alors les discussions sont positives en ce moment. On espère mettre nos premiers écouteurs en marché au courant de l’hiver ou du printemps, mais on ne veut pas les vendre seulement à partir de notre site web», dit Martin Roldan, chef des opérations de Phazon.


Même chose pour Revols, une autre jeune pousse née d’un sociofinancement qui présente aussi un casque d’écoute, mais avec fil, celui-là. Sa particularité est qu’on peut mouler les coussinets de chacun des écouteurs selon la forme de ses oreilles, pour une insonorisation passive optimale.


Kronos Audio, qui fabrique pour sa part des tables tournantes haut de gamme, a réservé une salle d’un chic hôtel du Las Vegas Boulevard afin de faire écouter aux amateurs la qualité sonore de ses produits. On se demande si Kronos recourt à des enceintes de Totem Acoustic, un autre fabricant québécois qui présente ses produits au CES.


Au-delà de la filiation musicale, vous reconnaîtrez un autre point en commun: le positionnement haut de gamme, qui a toujours été un bon moyen pour les entreprises québécoises qui souhaitent se démarquer à l’échelle de la planète. Ça tombe sous le sens: comme l’Asie domine pour la fabrication de produits bon marché et à très grand volume, la stratégie inverse semble plus appropriée pour des PME québécoises… 







À propos de ce blogue

Autrefois, on appelait ça de l'électronique mais de nos jours, les nouvelles technologies vont bien au-delà des transistors et des circuits imprimés. Des transactions bancaires à l'écoute en rafale d'émissions de télé les plus populaires, la technologie est omniprésente. Et elle comporte son lot de questionnements. Journaliste spécialiste des technologies depuis bien avant l'avénement du premier téléphone intelligent, Alain McKenna a observé cette évolution sous tous ses angles et livre ici ses impressions sur le sujet.

Alain McKenna
Sujets liés

Technologie , techno

Sur le même sujet

Huit technologies du Québec qui rayonnent au CES 2019

10/01/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. Pour ces entreprises, ce qui se passe à Las Vegas a d’affaire à ne pas rester à Las Vegas.

CES : les cinq technologies qui vont définir 2019

07/01/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. Début janvier, très peu de ce qui se passe à Las Vegas reste à Las Vegas…