Huawei MateBook 13: le portable de l'année?

Publié le 19/03/2019 à 09:46

Huawei MateBook 13: le portable de l'année?

Publié le 19/03/2019 à 09:46

La chinoise Huawei frappe tout un coup de circuit avec sa nouvelle gamme de portables MateBook. En attendant le plus récent MateBook X Pro dévoilé à Barcelone il y a deux semaines, on a pu tester le MateBook 13, le modèle qui sert d’entrée de gamme pour ce qu’on pourrait qualifier de MacBook Air à système Windows… et à écran tactile.

Peu importe leur forme, tous les appareils électroniques semblent valoir une fortune, ces jours-ci. C’est apparent tant du côté des téléphones intelligents comme le Galaxy S10, de Samsung, que du côté d’appareils de bureau, comme le tout nouvel iMac, justement annoncé par Apple ce matin.

Une partie de la situation s’explique par un dollar canadien qui n’est pas à son plus fort, ces jours-ci. Une autre partie du problème vient du fait qu’après de nombreuses années à tenter de vendre des portables sous les 1000$, sous les 500$, puis sous les 300$, voilà que les fabricants mettent plus l'accent sur leurs produits les plus profitables, et donc, les plus coûteux (remarquez: il y a toujours moyen de dénicher une bonne affaire).


Une fiche technique enviable

Pour un fabricant comme Huawei, c’est l’occasion de se faire un nouveau nom, les marques chinoises n’étant pas reconnues pour leur design, ni même pour leur performance à tout crin (désolé, Lenovo…). Ainsi, dans un créneau comprenant des rivaux pas piqués des vers, comme le Surface Laptop 2 de Microsoft et le quasi légendaire XPS 13 de Dell, le MateBook 13 arrive à se démarquer, pour un prix similaire, et dans un format qui, il faut le dire, pourrait le faire passer pour un produit Apple, si ce n’était du gros logo en éventail qui orne son moniteur.

Son astuce tient en peu de choses : une carte graphique d’appoint, la GeForce MX150 de Nvidia, s’ajoute au processeur UHD Graphics 620 d’Intel pour animer de belle façon son écran tactile de 13 pouces (2160 x 1440 pixels). Huawei inclut 256 ou 512 go de stockage interne, ce qui vaut aussi la peine, ses rivaux démarrant plutôt à 128 go, un espace plutôt limité, quand on y pense. Tout ça est jumelé à un processeur Core i5 ou i7, au choix, et à 8 go de mémoire vive. Une webcaméra (au haut de l’écran), Bluetooth et WiFi, ainsi que deux ports USB-C (qui ne sont pas Thunberbolt 3, limitant leur polyvalence) complètent sa fiche technique.

Huawei offre en prime un an gratuit d’abonnement à la suite Office Personnel

Tout ça dans un format parmi les plus minces sur le marché, et pas trop lourd, à 1,3 kilo. Il s’insère dans un sac de voyage sans effort, mais peut quand même livrer la marchandise quand on l’active, notamment grâce à son affichage pratiquement mur à mur, tant son cadre est étroit. Ah, et un lecteur d’empreinte en guise de bouton de démarrage, ça accélère la mise en route et c’est moins erratique que la reconnaissance faciale de Windows Hello…

Du grand dans du petit

D’ici quelques semaines, le catalogue de Huawei comprendra donc le MateBook 13, le MateBook 14 et une version revampée du MateBook X Pro. Ce dernier est le bourreau de travail livré avec toute la quincaillerie dont on puisse rêver. Les deux autres sont de taille un peu plus modeste, l’édition de 13 pouces étant probablement plus destinée aux professionnels cherchant davantage de mobilité que de performance. Elle ne manque pas d’attrait pour autant, grâce à un affichage de format 3:2, au rapport de contraste de 1000:1, et d’une luminosité de 300 nits.

Cet appareil est capable d’en prendre, grâce à la mécanique citée ci-haut. Celle-ci est énergivore, un des rares détails qui semblent avoir échappé à Huawei, l’autonomie de tout juste 8 heures lors d’une utilisation normale étant sous la moyenne. Mais pour un portable, on lui donne la palme en matière de confort d’utilisation, ou pour le dire en un mot, d’ergonomie, grâce à sa combinaison clavier-pavé-et-écran-tactile qui fait mouche.

Souvent, les ultraportables vont recourir à des claviers si lisses et minimalistes qu’on peine à ressentir l’effet de pression sur les touches. Pas de ça ici, on peut se faire aller les doigts intuitivement et on sait toujours où se trouve la bonne touche. Le pavé tactile est énorme, et précis, compatible avec la norme Precision Touchpad de Microsoft, qui essaie ainsi de rivaliser avec le pavé tactile du MacBook d’Apple.

À cela s’ajoute l’écran tactile, toujours précis. On ne le dira jamais assez : pour un marché du PC stagnant depuis presque une décennie, le fait d’ouvrir Windows 10 à cette interface a probablement été le plus gros incitatif pour renouveler son ordinateur personnel. Le raffinement de cette interface, qui manque cruellement aux produits Apple, doit-on le rappeler, a aussi lancé Microsoft dans le matériel, avec sa gamme Surface.

En combinant tout ça dans un format fort attrayant et en apparence durable, Huawei se positionne comme un incontournable du marché de l’informatique personnelle. Jumelée à ses téléphones intelligents, cette offre donne une idée de la stature réelle de ce géant chinois.

Reste à voir ce qui se passera du côté de l’infrastructure sans fil de prochaine génération. Mais ça, c’est une autre histoire…

Huawei MateBook 13 

Portable à système Windows 10
Écran tactile de 13 pouces (1440p)
Processeur Core i5 ou i7 d’Intel
256 ou 512 go de stockage
2 ports USB-C
WiFi AC, Bluetooth 4.1
1450$ (Core i7 : 1750$)

Suivez-moi sur Facebook:

Suivez-moi sur Twitter:

À propos de ce blogue

Autrefois, on appelait ça de l'électronique mais de nos jours, les nouvelles technologies vont bien au-delà des transistors et des circuits imprimés. Des transactions bancaires à l'écoute en rafale d'émissions de télé les plus populaires, la technologie est omniprésente. Et elle comporte son lot de questionnements. Journaliste spécialiste des technologies depuis bien avant l'avénement du premier téléphone intelligent, Alain McKenna a observé cette évolution sous tous ses angles et livre ici ses impressions sur le sujet.

Alain McKenna
Sujets liés

Technologie , techno

Sur le même sujet

Le fournisseur de services MicroSerum lance un deuxième centre de données à Montréal

26/07/2019 | Pascal Forget

L'entreprise veut maintenant répondre aux besoins de sa clientèle commerciale.

BlackBerry ouvre une filiale à Washington

Elle servira à rendre les produits et services utilisant le nuage informatique conforme aux critères américains.