Un succès né d'une tragédie

Publié le 03/09/2011 à 00:00

Un succès né d'une tragédie

Publié le 03/09/2011 à 00:00

Personne ne se lève un matin en espérant tirer profit d'une tragédie, mais le pdg d'Optosecurity, Éric Bergeron, admet que c'est à cause du 11 septembre 2001 qu'il a lancé son entreprise. Car il a tout de suite flairé l'immense potentiel d'affaires d'une technologie issue de l'Institut national d'optique (INO), lequel cherchait un entrepreneur pour commercialiser un corrélateur optique.

Il a développé la technologie pour en faire un logiciel de détection des liquides dangereux, l'OptoScreener, qui a reçu, au printemps dernier, une première certification en Europe. "Deux des plus grands aéroports en Europe font des tests en ce moment. Les ventes décollent, on a pour quelques millions de dollars de commandes déjà, et on fera de grosses annonces en octobre", se réjouit l'entrepreneur de 44 ans.

L'OptoScreener est si puissant qu'il peut détecter en une seconde les propriétés d'un liquide. Il peut même déterminer si le vin est aigre ou l'huile rance sans ouvrir une bouteille ! Malgré la diversité des applications, Optosecurity souhaite se concentrer sur la clientèle aéroportuaire. "Il faut cogner sur le même clou jusqu'à l'enfoncer. Trop se diversifier est le piège dans lequel tombent beaucoup de petites entreprises", remarque M. Bergeron.

L'autre produit-vedette de la PME de Québec est eVelocity, un logiciel qui met en réseau les appareils à rayons X, ce qui rend les points de fouille plus efficaces.

Bien qu'obsédés par la sécurité depuis les attaques de 2001, les États-Unis tardent à se laisser convaincre par les avancées d'Optosecurity. "Faire nos preuves en Europe nous aidera à convaincre les États-Unis. Le Canada suivra, croit M. Bergeron. Les Européens sont plus rapides, parce que ce sont des entreprises privées qui gèrent la sécurité dans les aéroports, alors qu'en Amérique du Nord, elle relève des gouvernements."

D'ici 2013, les Européens pourront de nouveau apporter leurs liquides à bord des avions. Aux États-Unis, aucune décision n'a encore été prise à ce sujet.

Optosecurity a une dizaine de brevets et plusieurs autres en instance. Le temps venu, l'entreprise, qui ouvrira sous peu des bureaux en Europe, commercialisera d'autres produits liés à la sécurité. "On se bat contre des géants de la taille de GE et Boeing. Notre avantage : la vitesse d'exécution dans le développement. Ils ont des structures plus lentes, nous on est en F-18."

N'empêche qu'il faut être patient pour toucher les premiers dividendes. Et en ce sens, Éric Bergeron est reconnaissant envers ses investisseurs, parmi lesquels un groupe d'anges recrutés à Toronto, Montréal et Québec. Il souligne également la force de son équipe et de son conseil d'administration, présidé par l'ancien vice- premier ministre du Canada, John Manley. Celui-là même qui avait pris la charge de la stratégie antiterroriste du pays après 2001.

À la une

L'Iran a lancé une attaque de drones contre Israël

Il y a 37 minutes | AFP

L’Iran a juré de «punir» Israël après une frappe le 1er avril contre son consulat à Damas.

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.