Six repères pour reconnaître les canards boiteux

Publié le 08/11/2008 à 00:00

Six repères pour reconnaître les canards boiteux

Publié le 08/11/2008 à 00:00

Par

Voici six facteurs de risque qui vous aideront à reconnaître facilement les entreprises qui, dynamiques en période économique prospère, deviennent des canards boiteux quand la conjoncture se corse.

1 Un cours baissier

Puisque le comportement de la Bourse repose sur l'anticipation, le fait qu'un cours baisse ou affiche un mauvais rendement par rapport à son industrie ou au reste du marché signifie souvent qu'il y a anguille sous roche.

2 Un redressement qui tarde

Si une entreprise affichant de mauvais résultats depuis deux ans ne réussit pas à rétablir la situation comme prévu, c'est signe que ses perspectives continuent de se détériorer, souligne André Chabot, fondateur de Triasima.

3 Se méfier des stratégies audacieuses

Alain Chung, gestonnaire chez Claret, et Pierre Bernard, gestionnaire chez IA Clarington, se méfient des entreprises qui adoptent une stratégie fonceuse, multipliant par exemple les acquisitions financées par endettement, et des dirigeants qui débordent d'optimisme.

Toute stratégie audacieuse n'est pas nécessairement vouée à l'échec. Par contre, elle accroît le risque qu'il y a à détenir le titre de cette entreprise si les hypothèses optimistes qui sous-tendent la stratégie ne tiennent plus la route.

4 Un dividende réduit

Quand une entreprise réduit son dividende, son cours a déjà baissé, car le marché est au courant de ses difficultés. Un rendement de dividende anormalement élevé peut toutefois signifier que les investisseurs craignent qu'il soit abaissé.

L'investisseur a intérêt à encaisser ses pertes, car les mauvaises nouvelles en présagent souvent d'autres, dit Pat McCue, gestionnaire chez MFC Global. Pour les mêmes raisons, M. McCue devient plus vigilant dès qu'une entreprise reconnue pour sa constance prévient que ses résultats seront inférieurs aux attentes.

5 Des flux de trésorerie stagnants

Les flux de trésorerie qu'une entreprise dégage annuellement de son exploitation devraient croître au moins autant que ses bénéfices. Sinon, cela peut signifier que l'entreprise a de la difficulté à se faire payer par ses clients, indique M. Chung.

6 Une dette trop élevée

Les sociétés dont la dette est nettement supérieure à leur valeur boursière doivent être suivies de plus près.

" Cela peut indiquer que l'actif ne produit pas un rendement suffisant et que l'entreprise se dirige vers une restructuration qui affaiblira ses actionnaires ", dit M. Chung.

M. Bernard examine aussi la dette par rapport à l'avoir des actionnaires pour établir la marge de manoeuvre financière de la société.

Par exemple, une société dont la dette est de 50 cents et l'avoir de 1 $, mais le titre se négocie sous sa valeur comptable, est plus risquée qu'une autre dont la dette et l'avoir s'équivalent. " Le poids de la dette de la première entreprise est pire puisque la Bourse évalue que les éléments d'actifs à son bilan ont une valeur marchande inférieure à leur valeur comptable ", explique M. Bernard. D.B.

À la une

Profils atypiques: les zèbres, qui sont-ils vraiment?

BLOGUE INVITÉ. La notion de «zèbre» a été proposée pour la première fois par la psychologue Jeanne Siaud Facchin.

Les Affaires accueille le journaliste Emmanuel Martinez

Il y a 26 minutes | Marine Thomas

Il couvrira les sujets touchant à l’entrepreneuriat, les PME, la stratégie d’entreprise et le leadership.

Ottawa conclut un plan d'aide à Air Canada de 5,9G$

Le transporteur aérien devra rembourser les vols annulés en raison de la pandémie de COVID-19.