Les remises en argent, une stratégie en vogue

Publié le 03/04/2010 à 00:00

Les remises en argent, une stratégie en vogue

Publié le 03/04/2010 à 00:00

Les taux d'intérêt sont au plancher, mais les banques n'ont pas l'intention de jeter le gant pour autant. Leur arme de séduction privilégiée du moment : les remises en argent.

La Banque Laurentienne est l'institution qui mène la plus importante offensive publicitaire sur ce front avec son offre de remise de 5 %. Affiches dans le métro, bandeaux sur le Web, émissions de décoration : ses publicités sont omniprésentes.

Sur leur site Web, la Banque Nationale et Desjardins mettent elles aussi en évidence les remises en argent disponibles.

Selon Jasmin Bergeron, professeur de marketing à l'ESG-UQAM, les banques mettent régulièrement l'accent sur les remises en argent, surtout lorsque les taux d'intérêt sont bas. " Comme elles ne peuvent pas se battre sur les taux, elles utilisent d'autres arguments. "

À la Banque Laurentienne, Marie-Pierre Lépine, directrice principale, publicité, confirme que les remises en argent jouent le rôle de produit d'appel pendant la campagne actuelle. Mais ces remises ne sont pas plus élevées qu'à l'habitude, dit-elle.

Si elles paraissent alléchantes aux acheteurs d'une première maison et aux consommateurs du type " acheter maintenant et payer plus tard ", les remises en argent s'accompagnent souvent de conditions de prêt moins flexibles, prévient M. Bergeron. " Il y a tellement de produits hypothécaires; ne magasinez pas seulement un taux ou une remise en argent ."

À suivre dans cette section

À la une

Bourse: Wall Street galvanisée par les données sur l'emploi

Mis à jour à 16:33 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé vendredi sur une note positive une semaine de forte progression.

Titres en action: Toshiba, JD.com, British Airways

Mis à jour à 10:14 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

COVID-19: Ottawa veut aider les provinces, mais à certaines conditions

Ottawa propose de transférer 14 milliards de dollars aux provinces, mais à certaines conditions.