Le Québec en voie de perdre la bataille du commerce électronique

Publié le 28/02/2009 à 00:00

Le Québec en voie de perdre la bataille du commerce électronique

Publié le 28/02/2009 à 00:00

Par Jérôme Plantevin

Le Québec et le Canada tout entier sont en voie de perdre la bataille du commerce électronique grand public. Les consommateurs de la province achètent de plus en plus sur des sites étrangers - en très grande majorité des sites américains.

En septembre, 47 % des achats en ligne des Québécois ont été faits sur des sites étrangers, comparativement à 33 % en juillet 2008, selon l'Indice du commerce électronique au Québec du CEFRIO, de SOM Recherches et sondages et de VDL2.

"Les chiffres d'octobre à janvier, qui seront publiés en mars, confirment cette tendance à la hausse des achats à l'étranger", remarque Alain Bidjerano, directeur, conseil et stratégie, de VDL2.

Et pourtant, l'Indice du commerce électronique considère comme canadiens non seulement les sites des entreprises ayant leur siège social au Canada, mais aussi ceux des filiales canadiennes d'entreprises étrangères (Amazon.ca, eBay.ca, etc.). Certaines de ces filiales n'ont de canadien que le nom; elles font travailler très peu de Canadiens tout en empochant au pays de juteux revenus. Ainsi, eBay Canada, avec ses sept employés canadiens, a récolté 1 milliard de dollars américains dans le pays entre avril 2007 et avril 2008. Amazon n'a aucun employé au Canada pour exploiter son site Amazon.ca; tout se fait de Seattle.

Des détaillants étrangers plus ambitieux

Les cyberdétaillants étrangers auraient empoché 142 millions de dollars en septembre, soit 134 $ par consommateur en moyenne. La tendance n'est pas près de s'inverser, au contraire. Les cyberdétaillants étrangers n'entendent plus se contenter de vendre aux Canadiens et aux Québécois par des filiales nationales de leurs sites.

"Y voyant l'occasion de compenser le ralentissement de leurs ventes aux États-Unis, plusieurs détaillants ont décidé de cibler le marché du commerce électronique canadien", observe eMarketer dans une analyse publiée en janvier. L'entreprise de recherche en commerce électronique et en marketing Internet cite les exemples d'Overstock.com et de Saks.com qui ont adapté leurs sites en autorisant la vente et la livraison aux Canadiens.

D'autres, comme Newegg, imitent Amazon et ouvrent un site canadien en utilisant leurs ressources américaines. Une stratégie payante : le 10 février, les dirigeants de Newegg ont annoncé que leur clientèle canadienne avait doublé trois mois après l'ouverture de Newegg.ca, atteignant 30 000 clients, malgré la crise actuelle.

L'entreprise américaine ne s'en contentera pas. "Nous allons assurément accélérer nos efforts au Canada", écrit Bernard Luthi, vice-président marketing, sur le site de NewEgg.

"Langue oblige, ces sites ou ces nouvelles versions de sites s'adressent au Canada anglais, mais je gage que si les Américains voient que cela marche ici, ils traduiront rapidement leurs sites en français", dit Alain Bidjerano.

L'offre québécoise, déficiente, laisse le champ libre à l'offensive étrangère. Catherine Giguère, qui achète en ligne depuis plus de trois ans, peut témoigner de la déception des consommateurs face aux sites d'ici.

"Je fais la très grande majorité de mes achats sur des sites américains comme LandsEnd.com, LaneBryant.com ou encore sur le Disney Store", dit Mme Giguère. Pourquoi ? "D'abord pour les prix. C'est très souvent moins cher. Aussi parce que l'offre en ligne qu Québec est très restreinte. Enfin, quand des sites de commerce électronique existent ici, l'expérience de magasinage est horrible", ajoute celle qui travaille comme coordonnatrice d'études cliniques à l'Hôpital général de Montréal.

Elle a eu une expérience particulièrement désastreuse avec le site de Renaud-Bray durant les Fêtes. "J'ai commandé en même temps des vêtements sur le site américain de Lands' End et des livres et des jeux sur celui de Renaud-Bray. J'ai reçu mes vêtements quatre jours après ma commande, alors que les livres et les jeux m'ont été expédiés deux semaines plus tard. De plus, sur le site américain, il est possible d'obtenir un suivi par courriel de l'état de notre commande. Sur le site québécois, j'ai envoyé un courriel pour demander ce qui se passait et je n'ai reçu de réponse que deux mois après. L'équipe de Renaud-Bray s'excusait des retards occasionnés par une trop forte demande durant les Fêtes. C'est tout simplement inacceptable."

Des emplois risquent d'être perdus

L'offensive des cyberdétaillants étrangers ne viendra pas seulement des États-Unis. "Dans le secteur du voyage, ce sont plutôt les Européens qui nous inquiètent", remarque Chris Ropp, chef marketing de la filiale canadienne de l'américaine Expedia qui exploite les sites Expedia.ca et Hotels.ca.

"Booking.com [une entreprise hollandaise], par exemple, n'a pas ouvert de sites en .ca, mais elle cherche à amener des Canadiens à acheter en ligne sur son site. Elle place, depuis plusieurs mois, des publicités dans les pages de résultats de recherche de Google.ca."

L'emprise croissante des sites étrangers sur le commerce électronique dans la province aura des conséquences importantes, selon Michelle Blanc, une des rares analystes du Québec à avoir perçu cette tendance.

Au chapitre des emplois, tout d'abord. Plus le temps passe et plus les Québécois prennent l'habitude d'acheter à l'étranger. "Ainsi, dans plusieurs catégories de produits et de services, il sera difficile de battre les Amazon et eBay de ce monde", dit Mme Blanc. Les entrepreneurs ne verront aucune raison valable de se lancer dans ce domaine.

"De plus, une part sans cesse grandissante des ventes qui se faisaient traditionnellement en magasin se fait désormais en ligne", ajoute Mme Blanc. La présence de cyberdétaillants étrangers fera perdre de plus en plus de ventes aux détaillants canadiens, ce qui pourrait les conduire à sabrer dans leur effectif.

Moins d'activités en ligne réalisées par des entrepreneurs québécois, c'est aussi moins de travail pour les entreprises de services-conseils, de développement de logiciels, de marketing et de design Web. Sans compter les services technologiques, de loin le plus grand secteur de l'industrie québécoise des TIC.

jerome.plantevin@transcontinental.ca

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

La cadence annuelle des mises en chantier hausse de 16% en juillet

Il y a 51 minutes | La Presse Canadienne

Le taux annualisé et désaisonnalisé des mises en chantier a atteint 245 604 unités en juillet.

À surveiller: Cominar, Couche-Tard et Power Corporation

Que faire avec les titres de Cominar, Couche-Tard et Power Corporation? Voici quelques recommandations d'analystes.

Le Québec a perdu 450 000 emplois en quatre mois

L’industrie des services d’hébergement et de restauration a connu une baisse de près de 100 000 emplois.