"La crise financière frappe les banques alimentaires"

Publié le 13/12/2008 à 00:00

"La crise financière frappe les banques alimentaires"

Publié le 13/12/2008 à 00:00

Par Martin Jolicoeur

Le ralentissement économique frappe tout le monde. À quel point les organismes communautaires écopent-ils aussi ?

Nous vivons une période extrêmement difficile. Alors que notre clientèle augmente rapidement et que les dons de denrées continuent de décroître, nous percevons une détérioration importante de la situation financière des entreprises. Le premier signal est survenu au printemps, avec la hausse du prix de l'essence. Depuis, la crise du crédit et la crise boursière n'ont fait qu'empirer le problème. Des entreprises nous appellent pour nous prévenir que leurs dons ne seront pas aussi généreux que par le passé. Les fondations, dont la contribution dépend des revenus de leurs placements, ont aussi dû réduire leurs objectifs de dons.

Comment faites-vous face à cette situation ?

Nous sommes en état d'alerte, pour ne pas dire en crise. Des organismes d'aide sont en péril. Et comme dans d'autres secteurs d'activité, des regroupements ne sont pas impossibles. Cela dit, même si nous travaillons déjà avec le minimum, nous demeurons optimistes. Nous ne pouvons pas céder au découragement. À Montréal, 112 000 personnes, dont 36 000 enfants, ont recours chaque mois à un soutien alimentaire. On doit les aider. Ça ne sera pas facile, mais on n'a d'autre choix que de travailler encore plus fort.

Que peut faire le milieu des affaires pour remédier rapidement à la situation ?

Sur le plan individuel, le mieux serait que chacun continue de donner à la mesure de ses moyens. De leur côté, les entreprises doivent aussi continuer de nous aider, soit financièrement, soit par le don de denrées alimentaires. L'industrie laitière, par exemple, nous donne 600 000 litres de lait par année. Catelli nous livre des pâtes. D'autres, comme UPS et KPMG, encouragent leurs employés à faire du bénévolat. Enfin, des entreprises ont décidé de rompre avec la tradition en remplaçant leur fête de Noël par un don à Moisson Montréal.

Et ça suffirait ?

Ce n'est jamais suffisant. Mais si les gens en profitaient pour prendre de bonnes habitudes, souvent contagieuses, ce serait déjà mieux.

martin.jolicoeur@transcontinental.ca

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

La Fed veut garder «ses options ouvertes» sur l'évolution des taux

21/08/2019 | AFP

La Fed estime que la faible croissance mondiale et les tensions commerciales risquaient de ralentir l'économie des É-U.

Trump attaque la Fed mais affirme ne pas «exiger» des baisses de taux

21/08/2019 | AFP

Donald Trump a de nouveau vigoureusement attaqué la Banque centrale américaine mercredi.

À la une: Shawinigan, la grande conversion

Édition du 24 Août 2019 | Les Affaires

En dix ans, Shawinigan a accompli une véritable mutation économique. Un miracle opéré par le maire.