La Boulangerie Auger produit le seul pain tranché fait à 100 % de blé du Québec

Publié le 24/01/2009 à 00:00

La Boulangerie Auger produit le seul pain tranché fait à 100 % de blé du Québec

Publié le 24/01/2009 à 00:00

Par André Dubuc

Comment s'y prend-on pour concurrencer les géants du pain tranché que sont Multi-Marques et Weston ?

"Il faut se différencier", répond sans hésiter Raymond Talbot, président de la Boulangerie Auger, de Saint-Jérôme, qui produit 45 000 pains par semaine - 100 fois moins que Multi-Marques.

Auger se positionne comme un artisan du pain tranché. "Je me considère comme l'équivalent d'un microbrasseur face à Molson et à Labatt, il y a 20 ans", dit M. Talbot, 57 ans.

Pour se démarquer, il joue les cartes de proximité et de la santé. En association avec des cultivateurs et le meunier Les Moulins de Soulanges, fournisseur de Première Moisson, Auger commercialise sous les marques Auger et Renaud le premier pain tranché fait de blé du Québec cultivé sans pesticide. Les pains Auger sont vendus chez Wal-Mart - le fabricant a été le fournisseur du mois en octobre - et les pains Renaud, chez Costco.

Designer de farine

"Je veux faire un pain contenant le moins de produits chimiques possible. Ça commence par la farine", dit M. Talbot, qui a appris l'existence des Moulins de Soulanges en regardant un reportage de l'émission La semaine verte à la télé de Radio-Canada.

Habituellement, le pain tranché utilise du blé de l'extérieur de la province. La farine industrielle est blanchie au chlore et on y ajoute généralement des agents de maturation comme l'azodicarbonamide.

"Faire du pain avec du blé du Québec est une très bonne idée", souligne Pietro Nenci, vice-président et directeur général de la mise en marché alimentaire, Est du Canada, de Costco Wholesale Canada. "Le blé se trouve près des lieux de transformation et c'est un produit de qualité."

L'alimentation de proximité est en effet une tendance récente en Amérique. On appelle locavores les adeptes de l'achat local qui ont en horreur le transport sur de longues distances contraire aux principes du développement durable.

"Ça plaît à ceux qui veulent faire travailler des gens de chez nous et à ceux qui ont le souci de l'environnement", dit Jean-Luc Breton, vice-président et directeur général de Multi-Marques, qui appartient à Canada Bread, elle-même détenue en partie par Maple Leaf.

Multi-Marques n'utilise pas le blé du Québec pour le moment, mais elle surveille la situation de près. "On doit s'assurer que l'offre soit en mesure de répondre à la demande avant d'aller de l'avant", souligne M. Breton.

Pain tranché sans additifs

Un an après avoir lancé le pain fait de blé du Québec, Auger et Les Moulins de Soulanges sont prêts à jouer la carte de la santé. Ils commercialiseront cette année une gamme de six pains tranchés sans additif, faits eux aussi de farine de blé 100 % québécois.

"On s'adressera aux goûts particuliers. Il y aura un pain avec du gros son, un autre avec du lin moulu", confie M. Talbot, sans vouloir en dire plus.

L'ancien propriétaire de la librairie Champigny, à Montréal (vendue à Renaud-Bray en 1999) a racheté la boulangerie des mains de la famille Auger en juillet 2006. Il fait équipe avec son fils Guillaume, 26 ans.

Son usine du boulevard Kennedy compte 32 employés et ses ventes annuelles se chiffrent autour de 3,5 millions de dollars.

Ce n'est pas d'hier que M. Talbot est dans la boulange. Il était propriétaire du fabricant de pain croûté Renaud (devenu Moisson Dorée) de 1986 jusqu'à ce qu'il le vende à Weston en 2000.

andre.dubuc@transcontinental.ca

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...