HEC Montréal veut «créer» des entrepreneurs

Publié le 16/11/2013 à 00:00, mis à jour le 14/11/2013 à 15:30

HEC Montréal veut «créer» des entrepreneurs

Publié le 16/11/2013 à 00:00, mis à jour le 14/11/2013 à 15:30

Entre le début du baccalauréat à HEC Montréal et la fin, trois ans plus tard, le nombre d'étudiants qui songent à devenir entrepreneurs chute de façon marquée. Un fait étonnant confirmé par la direction de l'institution, qui dit ne pas disposer de chiffres à cet égard. Et c'est précisément pour renverser cette tendance qu'a été créé le Parcours entrepreneurial Rémi-Marcoux.

«La direction a le courage de se remettre en question et de s'interroger sur ce décalage», a déclaré Gilles Barbot, président du Groupe Esprit de Corps et diplômé de HEC Montréal.

C'est pourquoi M. Barbot, qui dit avoir beaucoup d'intérêt pour l'entrepreneuriat, sera très engagé dans le Parcours Rémi-Marcoux, sur différents plans, pour le rendre le plus stimulant possible. «La théorie, c'est bien, mais c'est dans le feu de l'action qu'on voit ceux qui sont capables de livrer la marchandise.»

La dizaine d'étudiants de la première cohorte commencera le Parcours en janvier. Ces étudiants de 2e ou de 3e année du baccalauréat pourront provenir de HEC Montréal, de Polytechnique ou de l'Université de Montréal, peu importe la faculté ou le département.

Le Parcours sera effectué sur une période de 12 à 18 mois, au choix des participants, parallèlement au baccalauréat. «Comme les élèves peuvent choisir la formule sport-études, certains étudiants peuvent maintenant opter pour la formule entrepreneuriat-études», explique Luis Cisneros, professeur agrégé au service d'enseignement du management à HEC Montréal et directeur du Parcours entrepreneurial Rémi-Marcoux.

Activités expérientielles et stage en entreprise

Le Parcours comprendra trois cours réguliers, mais surtout des activités «expérientielles», comme les appelle Marie-Ange Masson, chargée de cours en entrepreneuriat à HEC Montréal et coordonnatrice du Parcours. On pense à des sauts en parachute (pour la prise de risque), du bateau à voile (pour le travail en équipe), de la survie en forêt (pour la gestion du stress), etc.

Les étudiants devront également suivre un stage de vente de deux mois dans une entreprise et proposer à ses dirigeants une nouvelle approche. Ils pourront aussi profiter de voyages à l'étranger, comprenant des cours, des ateliers et des visites d'entreprises. On a déjà déterminé Israël, pour ses start-ups, la France et l'Afrique du Sud, pour leur entrepreneuriat social, et la Silicon Valley.

Des ateliers sur différents sujets, comme l'aspect juridique et l'environnement fiscal, seront également offerts, en plus de fins de semaine à New York, Boston ou Toronto pour visiter des accélérateurs d'entreprises.

«Nos étudiants pourront démarrer leur entreprise quand ils le voudront, y compris après le Parcours, explique M. Cisneros. Notre but n'est pas de créer des entreprises, mais des entrepreneurs. Quand ils seront devenus entrepreneurs, ils pourront toujours poursuivre leur formation à l'École d'entrepreneurship de Beauce.»

Le Parcours entrepreneurial Rémi-Marcoux ne cible pas seulement les étudiants qui veulent créer une entreprise, mais aussi ceux qui veulent en acheter une ou qui songent à prendre la relève de leurs parents à la tête de l'entreprise familiale.

Cette initiative est rendue possible grâce à un don totalisant 2,5 millions de dollars de Transcontinental (qui publie Les Affaires) et d'une contribution personnelle de son fondateur, Rémi Marcoux. Mais HEC Montréal prévoit déjà qu'elle aura besoin de plus d'argent pour développer le programme, assurer sa pérennité et offrir des bourses plus généreuses aux étudiants.

dominique.froment@tc.tc

À la une

Bourse: nouveaux records pour le Nasdaq et le S&P 500

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en légère hausse.

Bourse: les gains du S&P 500 en 2024 restent fragiles

03/05/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Plus de la moitié du gain du S&P 500 lors des quatre premiers mois de 2024 est attribuable à... Nvidia.

Bourse: les gagnants et les perdants du 21 mai

Mis à jour à 17:27 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.