À quoi s'attendre cet été

Publié le 22/06/2013 à 00:00, mis à jour le 20/06/2013 à 09:22

À quoi s'attendre cet été

Publié le 22/06/2013 à 00:00, mis à jour le 20/06/2013 à 09:22

Comme c'est ma dernière chronique avant la pause estivale, j'ai pensé vous proposer certaines idées pour que vous passiez un été à la fois productif et réjouissant.

Mais avant, il est bon de faire le point sur les événements boursiers de la première moitié de l'année et sur les perspectives.

Pour les investisseurs qui ont favorisé les actions américaines, l'année 2013 a été satisfaisante jusqu'ici.

Au 17 juin, le Dow Jones a progressé de 16 % depuis le début de l'année, tandis que l'indice S&P 500 a grimpé de 14,7 %. Il s'agit de rendements exceptionnels.

Au Canada, la Bourse a été moins généreuse. L'indice S&P/TSX est en baisse d'environ 1 % depuis le début de 2013.

Le Canada souffre de la sous-performance du secteur des ressources naturelles. De plus, bien des investisseurs internationaux ont des doutes au sujet de notre devise, qui reste bien évaluée. Dans ce contexte, l'acheteur d'actifs canadiens n'a aucune possibilité de profiter d'une appréciation du dollar.

Ce contexte boursier ne changera pas à court terme. La Bourse américaine continuera de bien faire, et elle performera mieux que notre marché dans la prochaine année.

Je suis fasciné par le grand nombre d'experts qui parlent de bulle en désignant les actions américaines, alors que celles-ci se vendent à 13-14 fois les bénéfices. Bulle ? Quelle bulle ?

La réalité, c'est que les investisseurs sont encore nerveux. La question qui domine les esprits est «sommes-nous prêts pour une correction ?» et non «comment puis-je profiter au maximum de la prochaine vague haussière ?» C'est loin de l'exubérance que l'on retrouve aux sommets.

Quant à la possibilité d'une correction boursière, les marchés peuvent reculer soudainement n'importe quand, sans aucune raison ni avertissement. Tenter de prédire ces mouvements est futile.

Ce qu'il faut faire, c'est, tel un boxeur champion, ne jamais baisser la garde, peu importe ce qui se passe en Bourse. Recul ou hausse, il ne faut jamais oublier sa discipline, son processus de placement ni sa stratégie. C'est la recette éternelle du succès.

Un peu de ménage et des romans

Pour la première fois, je prends congé tout l'été. Je vous reviendrai le 7 septembre.

Voici ce que je me propose de faire pour profiter au maximum des semaines estivales, suggestions qui peuvent vous intéresser.

D'abord, je vais faire un petit ménage dans mes papiers et documents. J'ai la mauvaise habitude de déposer dans le même coin, semaine après semaine, des magazines, des documents, des rapports, etc. pour consultation future. Et avec le temps, ce petit coin devient une pile impressionnante. C'est le moment d'éliminer cette pile. Je constaterai qu'une bonne partie de ces documents ont perdu de l'importance avec le temps. Je n'hésiterai pas à les envoyer au recyclage.

Par contre, d'autres documents restent importants et je les lirai en priorité.

Une fois ce ménage fait, ce sera le moment de passer au plaisir. L'été est le moment de s'installer confortablement pour lire. Si vous lisez souvent, à longueur d'année, des rapports annuels et des livres financiers, comme moi, il est temps d'en prendre congé. Je vais me récompenser en lisant des romans. J'ai déjà commencé, car je termine l'excellent nouveau roman de Dan Brown, Inferno.

Plusieurs lecteurs aiment bien profiter de leurs vacances pour faire des lectures sur la Bourse. Si c'est le cas, je peux vous recommander comme je le fais souvent des classiques, par exemple L'investisseur intelligent, de Benjamin Graham, et Common Stocks and Uncommon Profits, de Philip Fisher.

Parmi les meilleurs lectures plus récentes, je vous recommande chaudement The Outsiders, de William Thorndike.

Revue du portefeuille

En terminant, pour bien des gens, la mi-année est un bon moment pour faire le point sur leur portefeuille. Si c'est votre cas, la première chose à faire est de réviser votre répartition de l'actif.

Une grande partie de cette répartition dépend de votre situation personnelle et une autre, des perspectives de rendement et des risques de chaque catégorie. Je demeure convaincu que les actions offriront un meilleur rendement que les obligations et que l'immobilier résidentiel canadien au cours des cinq prochaines années.

Au sein des actions, je favorise encore le marché américain.

Ainsi, si vous détenez peu ou pas d'actions américaines, il est encore temps de corriger cette faiblesse.

La deuxième tâche est d'évaluer la performance de votre portefeuille à la fois par rapport aux indices de comparaison et aussi par rapport à vos attentes. Ensuite, faites le même travail titre par titre, en remettant en cause vos perdants, ces titres dont la performance économique est décevante. À moins de raison majeure, vendez ces titres ! Bon été...

Cette chronique revient le 7 septembre.

DE MON BLOGUE

Placement

Êtes-vous un Henry Gribbohm boursier ?

L'histoire de Henry Gribbohm pourrait servir d'exemple à ne pas suivre pour bien des investisseurs. M. Gribbohm a perdu 2 600 $ en tentant de gagner un jeu Xbox Kinect pour ses enfants. Il a tenté sa chance à un jeu appelé Tubs of Fun, qui consiste à lancer une balle dans un seau et faire en sorte qu'elle y reste. Il a d'abord perdu 300 $ pour quitter le carnaval et aller vider son compte de banque. Il est retourné jouer pour ainsi perdre 2 300 $ de plus, le reste de ses économies ! Si vous ne voyez pas le rapport avec la Bourse, le voici. Ce monsieur s'est lancé dans ce jeu sans réfléchir une seconde à ses règles, son fonctionnement et ses difficultés. Il me semble qu'il y a beaucoup d'investisseurs qui en font autant, croyant eux aussi que c'est facile. Au poker, on dit : «Si vous ne trouvez pas le pigeon de la table, il se pourrait bien que ce soit vous...»

La question que vous devez vous poser : êtes-vous un pigeon boursier ?

Vos réactions

«Je me suis déjà senti comme un pigeon boursier ! Ce n'est pas une très bonne sensation.»

- Financius

«Le pire dans tout ça, c'est qu'il n'a probablement même pas eu de plaisir dans son aventure.»

- SB

bernard.mooney@tc.tc

blogue > www.lesaffaires.com/bernard-mooney

À la une

Le prix médian pour un condo à Montréal atteint 436$/pi2 en 2020

BLOGUE INVITÉ. Le prix médian au pi2 des copropriétés sur l'île de Montréal a grimpé de 14% en 2020.

Le rendement de la CDPQ en 2020 est sous son indice de référence

Mis à jour il y a 45 minutes | La Presse Canadienne

Il s’agit de la moins bonne performance du bas de laine des Québécois depuis 2018.

CDPQ: une gestion de l'innovation à trois niveaux

SPÉCIAL INNOVATION. Gérer l’innovation au sein d’une organisation aussi vaste que la CDPQ n'est pas une mince tâche.