" Nous pouvons être moins dépendants du pétrole "

Publié le 18/07/2009 à 00:00

" Nous pouvons être moins dépendants du pétrole "

Publié le 18/07/2009 à 00:00

La réduction de notre dépendance au pétrole est l'un des enjeux du congrès. Mais peut-on y arriver étant donné la demande énergétique dans les marchés émergents et la croissance de la population mondiale ?

C'est possible grâce à l'utilisation de nouvelles technologies, dont les biotechnologies. Nous avons désormais des procédés pour produire des carburants beaucoup plus propres qu'il y a 10 ans. Certes, au cours des prochaines années, il y aura de plus en plus d'automobiles dans le monde, ce qui fera bondir la demande de carburant. Mais je crois que nous pouvons empêcher l'augmentation de la consommation de carburants fossiles grâce aux biocarburants. Et nous pouvons le faire non seulement avec les biocarburants traditionnels [éthanol produit avec du maïs-grain], mais aussi avec les nouveaux biocarburants fabriqués à partir de résidus agricoles et forestiers ainsi que de plantes.

Des spécialistes disent que certains biocarburants représentent une menace pour l'environnement, car leur fabrication contribue à la destruction d'écosystèmes qui captent justement le carbone. Qu'en dites-vous ?

Je suis en total désaccord avec cette analyse. Le charbon et le pétrole que nous brûlons émettent du carbone dans l'atmosphère pour la première fois, ces sources d'énergie étant dans le sol depuis des centaines de millions d'années. En revanche, les biocarburants rejettent dans l'atmosphère du carbone qui a déjà été recyclé par les végétaux. En fait, tous les biocarburants ne font que recycler le carbone dans l'atmosphère. Pour la planète, c'est mieux que d'ajouter de nouvelles sources de carbone issues des énergies fossiles.

Le prix est capital pour réduire la consommation de pétrole dans le monde. À partir de quel niveau les consommateurs changeront-ils leurs habitudes de façon durable ?

Je pense que les consommateurs commencent à vraiment percevoir un impact sur leur portefeuille quand le prix du baril de pétrole atteint 100 $ US. Ce prix représente le point d'infl exion de la demande. Il est clair que la réduction de notre consommation de pétrole passe par l'effi cacité énergétique et l'amélioration des procédés industriels. Il y a aussi un avantage économique à consommer moins de pétrole : les entreprises sont plus rentables. ?

( CV )

Nom : Brent Erickson

Âge : 49 ans

Fonction : Vice-président, industrie et environnement

Organisme : Biotechnology Industry Organization (BIO)

M. Erickson est au service de l'organisation mondiale BIO depuis neuf ans. Il était auparavant à l'American Petroleum Institute.

francois.normand@transcontinental.ca

À la une

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé

Mis à jour à 18:14 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto a clôturé en hausse d’environ 70 points, avec des résultats mitigés selon les secteurs.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour à 17:22 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Saputo, Rogers et Banque Nationale

Que faire avec les titres Saputo, Rogers et Banque Nationale? Voici quelques recommandations d’analystes.