Wendake mène une offensive de charme

Publié le 06/12/2008 à 00:00

Wendake mène une offensive de charme

Publié le 06/12/2008 à 00:00

Par Pierre Théroux

Dans un décor qui marie agréablement nature, design moderne et culture ancestrale, aux abords de la rivière Akiawenrahk (Saint-Charles) à Wendake, se dressent de nouveaux lieux : l'Hôtel-Musée Premières Nations.

L'établissement, qui évoque l'architecture de la maison traditionnelle iroquoise, laquelle abritait deux ou trois familles iroquoises, se veut le fer de lance d'un vaste projet de développement récréotouristique qui vise à remettre la communauté huronne-wendat sur la route des visiteurs.

" Le déclin de l'industrie touristique ces dernières années nous a amenés à prendre des mesures pour revitaliser ce secteur d'activité ", indique Gabriel Savard, qui était, jusqu'à une date récente, directeur général du Conseil de la Nation huronne-wendat.

À terme, quelque 25 millions de dollars auront été consacrés à cette nouvelle stratégie de développement en matière de tourisme et de culture. À commencer par cet Hôtel-Musée qui, inauguré en mars, a nécessité des investissements de 15 millions.

" Nous sommes maintenant équipés d'infrastructures qui nous permettent d'accueillir des visiteurs pour une nuitée ou deux. Auparavant, ils ne venaient que pour quelques heures seulement ", souligne M. Savard. Ce qui, ajoute-t-il, profitera davantage aux commerçants de cette communauté de près de 2 000 habitants.

Investissements de 25 millions

L'hôtel-musée a bénéficié d'un investissement de près de 4 millions du gouvernement du Québec, provenant de différents organismes gouvernementaux dont le Secrétariat aux affaires autochtones (1,3 million), le ministère de la Culture et des Communications (1,1 million) et le ministère du Tourisme (250 000 $).

Le gouvernement du Canada a octroyé quelque 4,3 millions, également par l'entremise de plusieurs ministères. L'établissement est la propriété à 60 % du Conseil de la Nation huronne-wendat.

L'Hôtel-Musée offre 55 chambres et suites quatre étoiles, au design à la fois contemporain et ancré dans la tradition. En témoignent l'utilisation de matériaux comme la pierre, le bois et le cuir, et la décoration par des oeuvres d'artistes des Premières Nations.

Un restaurant gastronomique de 125 places, qui propose un menu inspiré des traditions culinaires des Premières Nations concocté par un chef qui apprête les fruits de la chasse, de la pêche et de la cueillette, a aussi été aménagé.

Le musée, pour sa part, présente de nombreux artéfacts relatant l'histoire de la communauté Wendat, arrivée dans la région de Québec en 1650. Une autre salle est consacrée à une exposition temporaire.

Cumul des honneurs

Huit mois seulement après son inauguration, l'Hôtel-Musée a déjà été primé pour son architecture, la qualité de sa table et ses installations muséales.

Ces honneurs lui ont été décernés par l'Institut de développement urbain du Québec, la Corporation des restaurateurs de Québec (Prix du public) et la Société des musées québécois (Prix Excellence).

Les visiteurs semblent aussi au rendez-vous. " Nous visions un taux d'occupation de 50 % pour la première année, et nous sommes près du but ", dit M. Savard, en soulignant par ailleurs que l'achalandage au restaurant La Traite surpasse les attentes.

Les célébrations du 400e anniversaire de la fondation de Québec ont largement contribué à ce début d'activité, reconnaît Gabriel Savard. " Notre défi sera d'accroître le nombre de visiteurs, alors qu'auront pris fin toutes ces célébrations ".

Clientèles d'affaires et européenne

L'Hôtel-Musée, qui constitue d'ailleurs le legs de la nation hôte des fêtes du 400e anniversaire à la région de Québec, mise notamment sur la clientèle d'affaires. L'établissement compte cinq salles de réunion, dont la plus grande permet de réunir 140 personnes.

Les dirigeants entendent aussi, dès l'an prochain, cibler davantage les touristes européens, venant en particulier de France et d'Allemagne.

L'Hôtel-Musée fait partie d'un nouveau projet de développement récréotouristique à Wendake, qui englobe aussi la construction au coût de 10 millions d'un amphithéâtre, d'un bureau d'information touristique, d'un centre d'affaires et de commerce, en plus de divers projets d'aménagement et de rénovation dans le Vieux-Wendake. Le Secrétariat aux affaires autochtones du Québec a contribué pour 1 million à la construction de l'amphithéâtre.

" Le projet a fait boule de neige. Plusieurs commerçants, et même des résidents, ont emboîté le pas et procédé à des investissements pour la rénovation ", note M. Savard.

Toujours dans le but de promouvoir le tourisme et les activités connexes, le Conseil de la Nation huronne-wendat a créé Tourisme Wendake, un organisme sans but lucratif en activité depuis août 2006.

pierre.theroux@transcontinental.ca

À la une

«On réinvestit dans la croissance pour capter les occasions qui se multiplient», Patrick Decostre, PDG de Boralex

Patrick Decostre, PDG de Boralex, a répondu à nos questions sur ses nouvelles orientations stratégiques et financières.

Boralex veut doubler sa puissance d'ici 2025, et encore d'ici 2030

Cette croissance se fera d’abord par la multiplication de son empreinte dans le solaire et aux États-Unis.

Boralex se lance dans le partage de terrains pour le solaire

14/06/2021 | François Normand

Comme les terrains sont rares, le producteur d'énergie verte se lance dans l’agrivoltaïsme avec la française Sun’Agri.