Vendre à Saint-Jean pour acheter à Calgary

Publié le 06/04/2013 à 00:00

Vendre à Saint-Jean pour acheter à Calgary

Publié le 06/04/2013 à 00:00

Carl Brault et Josilynn Thiessen en sont conscients : les temps ont déjà été bien meilleurs pour vendre leur maison de Saint-Jean-sur-Richelieu. Mais après huit ans d'exil, Josilynn veut retrouver son Alberta natale. Le couple déménage en banlieue de Calgary.

À quel délai de vente peuvent-ils s'attendre ? «On ne sait pas vraiment», dit Carl. Ils ne sont pas pressés : Josilynn, qui travaillait auparavant dans la finance, est aujourd'hui femme au foyer, et Carl est agent d'immigration pour le gouvernement fédéral. Il peut travailler partout au pays.

Heureusement pour eux. Parce qu'au quatrième trimestre de 2012, la ville a connu l'une des plus importantes baisses de la valeur des maisons au Québec, selon la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ). Le prix médian d'une résidence de type unifamilial y a baissé de 5 %, pour atteindre 215 122 $.

Une vente en deux mois ?

Leur courtier immobilier, Steve Bugyi, table sur un délai de 60 jours pour vendre la maison. C'est optimiste, compte tenu de l'allongement des délais de vente que connaît la région de Saint-Jean-sur-Richelieu. Au quatrième trimestre, ils sont passés de 98 à 110 jours, en moyenne.

Mais des facteurs régionaux nourrissent l'optimisme des Brault-Thiessen. «S'il y a un moment propice, c'est peut-être tout de suite... Les soldats ont reçu leur déploiement en mars», dit Carl. La ville compte un collège et une base militaires ; chaque printemps, le commandement ordonne à certains officiers de déménager dans d'autres régions. Ils doivent alors vendre leur maison.

En outre, le courtier croit que la grande maison de 12 pièces des Brault-Thiessen a un autre avantage : appartenir à une catégorie plus luxueuse, moins touchée par le ralentissement immobilier. «En ce moment, il y a 839 maisons à vendre à Saint-Jean, et seulement 42 à plus de 300 000 $», indique M. Bugyi.

Une maison plus petite

Les Brault-Thiessen et leur courtier ont donc espoir de profiter de cette réalité afin d'obtenir un bon prix pour leur grande maison de 1 700 pieds carrés.

Construite rue de la Colonelle en 2007 pour 280 000 $, la maison est aujourd'hui en vente pour 375 000 $. Un bon profit en perspective. Mais vendre une maison à Saint-Jean-sur-Richelieu pour en acheter une autre en Alberta, c'est loin d'être une situation idéale, reconnaît le couple.

«À Calgary même, les maisons détachées ne sont vraiment pas abordables, dit Carl Brault. Alors, nous cherchons une maison semi-détachée à l'extérieur de la ville.» Le couple pense pouvoir dénicher quelque chose pour 300 000 $.

Assis à la table de la salle à manger, Carl fait déjà son deuil du luxe auquel il a accès à Saint-Jean-sur- Richelieu.

«En Alberta, ça va être un peu plus petit, mais perdre quelques pieds carrés ici et là, c'est pas grave !»

- 4 % Le prix moyen des unifamiliales a baissé de 4 % (231 380 $) à Saint-Jean-sur-Richelieu au quatrième trimestre de 2012 par rapport au trimestre précédent. | Source : Fédération des chambres immobilières du Québec

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

Les entrepreneurs, ces héros

Édition du 21 Septembre 2019 | Marine Thomas

ÉDITO. It’s lonely at the top. Qu’on le veuille ou non, la dynamique change lorsqu’on grimpe les ...

Pour une intervention sensée en santé mentale

Édition du 21 Septembre 2019 | Simon Lord

DROIT DES AFFAIRES. Une des fortes tendances en matière de relations de travail cette année est celle des cas...

Catherine Dagenais, la première femme à la tête de la SAQ

18/09/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «N’hésitez pas à vous lancer, à dire à vos supérieurs ce que vous voulez apprendre», dit Mme Dagenais.