Une hausse de 5 %

Publié le 06/04/2013 à 00:00

Une hausse de 5 %

Publié le 06/04/2013 à 00:00

C'est l'année de notre 85e anniversaire, et nous venons de recevoir des nouvelles qui sont autant de raisons de célébrer. L'étude PMB (Print Measurement Bureau) indique une hausse de lectorat de 5 % pour Les Affaires depuis l'automne dernier. Désormais, vous êtes 248 000 à nous consulter chaque semaine.

Québec et sa région contribuent fortement à la croissance du lectorat, avec une augmentation de 30 % depuis deux ans. Cela s'explique : en ouvrant un bureau à Québec au printemps 2011, nous avons voulu refléter le dynamisme du monde des affaires dans la capitale nationale et autour.

Nos gains à Québec ne font que confirmer la portée panquébécoise de Les Affaires. Non seulement nous sommes présents dans toutes les régions, mais notre présence est proportionnelle au poids économique et démographique de chacune d'entre elles. Rares sont les publications qui possèdent un rayonnement aussi équilibré.

En fait, notre pertinence dans le marché québécois est tellement forte que Les Affaires occupe, pour une deuxième année consécutive, la première place parmi toutes les publications d'affaires au Canada. Vous nous accordez les meilleures notes du pays sur cinq indicateurs majeurs mesurés par le PMB, dont l'appréciation des contenus, le temps de lecture par numéro et la fréquence de consultation.

Tout le mérite revient d'abord aux gens qui créent les contenus et les mettent en forme. Ils façonnent un univers inspirant. Bien sûr, il s'agit d'un environnement exceptionnel pour nos annonceurs et nos partenaires. Dans l'un et l'autre volet, nos lecteurs et lectrices trouvent des occasions de développement.

À la une

Les entreprises doivent se préparer à l’indépendance de l’Écosse

14/05/2021 |

ANALYSE. La victoire des indépendantistes le 6 mai et le Brexit favorisent une victoire du «oui» lors d'un référendum.

Charl-Pol: loin des grosses mains de Jos Tremblay

14/05/2021 | Emmanuel Martinez

L’entreprise Charl-Pol, de Saguenay, a cent ans.

CPQ: la pandémie n'a pas gommé la pénurie de main-d'oeuvre

Mis à jour le 12/04/2021 | Catherine Charron

L'immigration est la solution que souhaitent privilégier les entreprises sondées.