Un torréfacteur astucieux qui vend ses cafés sur Twitter

Publié le 11/02/2012 à 00:00

Un torréfacteur astucieux qui vend ses cafés sur Twitter

Publié le 11/02/2012 à 00:00

Plusieurs entrepreneurs utilisent Twitter comme un outil de marketing pour se faire connaître. Et si le réseau social pouvait aussi servir à vendre des produits ? C'est l'idée qu'a eue Bruno Lamarche, qui recrute ainsi à peu de frais des clients pour ses cafés.

«J'ai doublé mon chiffre d'affaires en 18 mois lorsque j'ai ouvert un compte Twitter, en avril 2009, affirme le propriétaire de Café-Vrac.com, à Sherbrooke. Aujourd'hui, 80 % de mes nouveaux clients sont dirigés par Twitter.»

Sans aucun autre employé que lui-même, M. Lamarche réalise un chiffre d'affaires de 230 000 $, dont plus de 100 000 $ proviennent de ses 500 à 600 clients Twitter. Quelque 3 800 abonnés le suivent. Depuis le début, Café-Vrac a publié près de 16 000 microbillets.

M. Lamarche a commencé en 1997 à réparer, à son compte, des machines à café pour les restaurateurs. «Dès mes débuts, j'ai eu mon site Internet. À l'époque, il n'était pas transactionnel, mais j'ai toujours cru à Internet», raconte l'entrepreneur de 41 ans. Il se servait de son site pour présenter ses cafés, qu'il vendait en plus de travailler comme réparateur.

Priorité aux particuliers

En 2003, il abandonne la réparation pour devenir torréfacteur chez Caffuccino. Quelques mois plus tard, il crée son site transactionnel de cafés. Le marché de la restauration aurait pu sembler intéressant, mais M. Lamache, qui le connaît bien, ne se fait pas d'illusion : «Les gros distributeurs de café fournissent gratuitement les machines à café aux restaurateurs, à condition qu'ils s'approvisionnent exclusivement chez eux. Un distributeur indépendant ne peut pas entrer dans ce marché.» Cela explique que Café-Vrac a ciblé dès le début les particuliers, les bureaux et les hôpitaux.

Café-Vrac livre gratuitement dans le Grand Nord, par Postes Canada, ce qui lui confère un avantage concurrentiel évident. «J'amortis mes coûts de livraison sur l'ensemble de mes produits ; ce n'est pas le marché le plus payant, mais je n'ai aucun concurrent.» Ailleurs au Canada, il demande un tarif de livraison de 5 $ pour les commandes de quatre à neuf livres ; pour les commandes de 10 livres ou plus, la livraison est gratuite.

M. Lamarche promet la livraison au Québec en deux jours ouvrables au maximum. Il torréfie au fur et à mesure de l'entrée des commandes pour assurer la fraîcheur. «Je ne garde aucun stock», précise celui qui a quitté Caffuccino en 2007 pour acquérir un torréfacteur et l'installer chez lui. Café-Vrac s'approvisionne chez Café Victoria, de Sherbrooke.

Au bout d'un an, en 2008, les affaires vont bien, mais pas assez pour M. Lamarche, qui commence à fréquenter les ateliers, rencontres et cours où l'on traite des réseaux sociaux. Puis, il s'inscrit sur Twitter sous le nom de Café-Vrac. «C'est du bouche à oreille exponentiel», lance-t-il.

L'entrepreneur en café dit ne pas faire de «push», c'est-à-dire qu'il ne parle jamais de café pour ne pas lasser ses abonnés. Il se contente de répondre aux questions et surtout de lire les commentaires. «Je fais régulièrement une recherche sur Twitter du type «café pas bon» pour découvrir les clients insatisfaits. Je communique avec eux et je leur offre gratuitement des échantillons.»

De temps à autre, il offre aussi des petits cadeaux - livraison gratuite, par exemple - à ses clients VIP. En octobre dernier, à son 41e anniversaire, il a accordé un rabais de 41 %. «J'ai reçu une cinquantaine de commandes ce jour-là, alors que j'en reçois normalement entre 150 et 200 par mois.» Cette initiative lui a permis d'attirer 23 nouveaux clients.

M. Lamarche prévoit l'ouverture d'un nouveau site cette année, réservé aux commandes de deux livres pour ceux qui trouvent que quatre livres, c'est trop. «C'est un ami, à qui je verserai une commission sur les ventes, qui va s'en occuper, dit-il. Il a déjà émis 70 000 tweets [avant de commencer à vendre du café].»

Par contre, le compte Twitter de Café-Vrac ne lève pas au Canada anglais. Comme M. Lamarche ne parle pas anglais, il a confié l'exploitation de son site anglophone à un autre ami «qui ne pousse peut-être pas aussi fort que moi».

Et pourquoi pas Facebook aussi, avons-nous demandé à M. Lamarche. «Je suis moins à l'aise avec Facebook ; il faut que je travaille ça.»

Cette semaine, le thème en vedette à La Franchise est l'ingéniosité. Comme en a fait preuve Bruno Lamarche, de Café-Vrac.com, à Sherbrooke.

COMMENT STIMULER L'INGÉNIOSITÉ

Réduire les coûts de production, développer de nouveaux produits, améliorer le service à la clientèle, trouver de nouveaux débouchés, etc. Les bénéfices de la créativité en entreprise sont multiples.

François-Bernard Malo, conseiller en ressources humaines agréé (CRHA), fondateur d'Icare Ressources Humaines et titulaire des cours sur la gestion de la créativité et de l'innovation dans les organisations à l'Université Laval, nous donne cinq trucs pour améliorer la créativité chez les cadres et les employés.

1

Maintenir un bon climat de travail, dans lequel les gens se font confiance, respectent les opinions des autres et pardonnent l'erreur ;

2

Investir massivement dans le développement des compétences des employés ;

3

Récompenser l'ingéniosité par une rémunération conséquente ;

4

Bien maîtriser les techniques de résolution de problèmes en équipe. Beaucoup de dirigeants font des remue-méninges, mais rares sont ceux qui pratiquent cette technique selon les règles de l'art. Et tout aussi rares sont ceux qui ignorent qu'il existe une centaine d'autres techniques plus efficaces ;

5

Oser penser différemment et prendre des risques.

Série 2 de 10

Cette série s'inspire des défis que relèveront 12 entrepreneurs dans le cadre de l'émission La Franchise, diffusée le mercredi soir à 21 h sur les ondes de V et sur vtele.ca. Les candidats, qui participent pour gagner une franchise St-Hubert Express, s'affronteront pendant 10 semaines lors d'épreuves élaborées autour de thèmes majeurs de la gestion et de l'entrepreneuriat, et que Les Affaires décortiquent pour vous.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Investir: trois critères pour choisir ses actions

19/07/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur devrait analyser ses titres boursiers comme s'ils étaient une entreprise privée.