Un projet de visa pour attirer davantage d'entrepreneurs étrangers

Publié le 16/04/2011 à 00:00, mis à jour le 25/04/2011 à 14:28

Un projet de visa pour attirer davantage d'entrepreneurs étrangers

Publié le 16/04/2011 à 00:00, mis à jour le 25/04/2011 à 14:28

Par Suzanne Dansereau

Crédit: David-Alexandre Alarie

Un regroupement d'investisseurs en capital de risque demande à Ottawa de créer une nouvelle catégorie de visa pour les immigrants prêts à démarrer une entreprise technologique au Canada.

Le " Start-Up Visa " leur permettrait de s'installer au pays plus facilement et plus rapidement si leur projet d'entreprise était financé par du capital de risque.

L'initiative a démarré à Vancouver l'an dernier et s'inspire de projets similaires aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Depuis, elle a récolté 400 signatures d'appui partout au Canada ainsi que le soutien de l'Association canadienne du capital de risque et d'investissement (CVCA). " Nous croyons que l'entrepreneuriat technologique et l'innovation qui en découle créeront les emplois de demain, explique Richard Rémillard, directeur exécutif du CVCA. Des entrepreneurs en technologie, prêts à prendre des risques, il y en a au Canada, mais pas assez, poursuit-il. Si nous voulons rester concurrentiels, nous devons assouplir nos règles. "

Les meilleurs cerveaux

Président du fonds d'investissement iNovia Capital de Montréal, Chris Arsenault juge que ce nouveau visa est nécessaire. " Je veux recruter les meilleurs cerveaux où qu'ils soient pour démarrer des entreprises, dit-il. Actuellement, je ne peux pas le faire, à moins de m'embarquer dans des histoires compliquées. " Lire : de longs délais et des entourloupettes.

" Nous allons manquer de talents ", renchérit Jean-Sébastien Cournoyer, qui dirige le nouveau fonds de capital d'amorçage de 40 millions de dollars (M$) en technologies de l'information, créé par le gouvernement du Québec dans le cadre de sa stratégie d'innovation. Real Ventures a lancé un concours d'" accélérateur d'entreprises " cette année et il veut pouvoir élargir la participation à ce concours à des étrangers. " L'innovation, c'est mondial ", plaide-t-il.

Les dirigeants d'iNovia Capital et RealVentures disent avoir reçu l'appui de Montréal International pour accélérer la venue d'entrepreneurs étrangers, mais cet organisme a refusé de nous accorder une entrevue sur le sujet.

Réglementation inadaptée

Le problème, disent les promoteurs du visa Start-Up, c'est que la réglementation actuelle sur l'immigration n'est pas adaptée à la situation des entreprises technologiques en démarrage : il s'agit de très petites entreprises fondées par des entrepreneurs très jeunes, qui sortent à peine de l'université et qui, souvent, n'ont pas un sou en poche. " Comme Marc Zuckerberg, le fondateur de Facebook ", dit Boris Wertz, l'ange financier de Vancouver qui a lancé l'initiative de Start-Up Visa au Canada.

Or, pour devenir un immigrant investisseur au Canada, il faut avoir 1,6 M$, dont 800 000 $ seront gelés pendant cinq ans. Le visa Start-Up serait offert à un entrepreneur étranger ayant réussi à lever un minimum de 150 000 $ d'argent local dans le démarrage de son entreprise.

À l'heure actuelle, pour contourner le problème, certains entrepreneurs étrangers se font embaucher par un employeur pour obtenir un permis de travail temporaire. Cela les ralentit dans leur projet, en plus de les inquiéter, car ils peuvent être expulsés. M. Wertz relate le cas de deux entrepreneurs de Bucarest établis à Vancouver, qui ont récolté un financement de 500 000 $ en capital de risque. L'un détient un visa d'affaires qui a été prolongé deux fois, tandis que l'autre a un permis de travail. Mais en décembre, les deux devront quitter le pays. " Le pire, c'est que l'un d'eux a refusé des offres de Google et de Facebook pour démarrer son entreprise ici ", fait remarquer l'homme d'affaires.

150 000 $

Montant du financement en capital de risque qui serait requis pour qu'un entrepreneur obtienne le visa de start-up au pays, tel que proposé par un groupe d'investisseurs canadiens.

À suivre dans cette section

L'ACEUM ratifié aux États-Unis
Mis à jour le 16/01/2020 | AFP

image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Découvrez la nouvelle formule de Les Affaires!

21/01/2020 | Les Affaires

Consultez le fruit de nos réflexions sur qui nous sommes et ce que nous voulons offrir à nos chers lecteurs.

Nouvelle année, nouvelle formule

Édition du 22 Janvier 2020 | Marine Thomas

BILLET. Nous commençons 2020 sous le signe de la nouveauté, puisque le journal sort désormais 14 fois par année.

Investir en 2020

Édition du 22 Janvier 2020 | Stéphane Rolland

OÙ INVESTIR EN 2020. Que nous réserve la Bourse en 2020? Le marché haussier peut encore s'étirer, selon nos experts.