Un fou pour tous

Publié le 18/05/2013 à 00:00

Un fou pour tous

Publié le 18/05/2013 à 00:00

J'ai une relation amour-haine avec le mot «créativité». D'un côté, ce terme m'agace, car il est utilisé à toutes les sauces. De l'autre côté, il m'attire, car il a toute sa raison d'être. Aujourd'hui, une entreprise n'a pas d'avenir si elle n'est pas créative. La créativité lui permet de sortir du lot et de grandir.

Le Québec peut compter sur de belles entreprises créatives et c'est tant mieux, car celles-ci sont des sources d'inspiration pour les autres. Le hic, c'est qu'une fois inspiré, il faut passer à l'action. Et c'est là une tout autre histoire. Voici pourquoi.

Le créatif (ou son équipe) est celui qui développe une idée et qui est capable de la mettre en oeuvre.

Or, des idées, il y en a souvent à la pelle dans les entreprises. Mais trop peu aboutissent, faute de budget, d'effectif ou tout simplement de mémoire : les idées sont souvent lancées, puis oubliées !

Pour que l'idée se concrétise, le créatif doit avoir les moyens de ses ambitions. Il doit avoir l'oreille de la direction de l'entreprise qui, elle, doit accepter de bousculer sa routine et de modifier sa stratégie.

Ainsi, pourquoi toute entreprise (et pas seulement les agences de pub) n'aurait-elle pas un «chef de la créativité» parmi son équipe de direction, au même titre qu'un chef des finances ?

Si la créativité est aussi vitale qu'on le dit, elle devrait faire partie de la vision stratégique de l'entreprise.

«C'est l'invention d'une nouvelle fonction qui touche autant à la technologie qu'aux communications, aux RH et à la stratégie», croit Laurent Simon, professeur à HEC Montréal et codirecteur de la plateforme de management de la création MosaiC. «C'est le joker de la direction», a déjà résumé dans nos pages Robert Wong, directeur du Creative Lab de Google.

Quelque part, il s'agit d'embaucher un fou du roi. On le déteste lorsqu'il dit les «vraies choses» et perturbe notre quotidien, mais on l'aime, car il permet à nos équipes de s'épanouir et de se dépasser. Prêts pour une relation amour-haine ?

À la une

Budget fédéral 2024: l'art de se tirer dans le pied

EXPERT INVITÉ. Le gouvernement de Justin Trudeau «s’autopeluredebananise» avec son «budget mémorable».

Gain en capital: pas une surprise

EXPERT INVITÉ. «Combien d’impôt ça va vous coûter de plus?»

L'industrie technologique mécontente des mesures sur les gains en capital

Mis à jour à 17:22 | La Presse Canadienne

L'industrie technologique est mécontente des mesures sur les gains en capital.