Un acteur clé dans la venue d'Ubisoft au Québec

Publié le 26/05/2012 à 00:00

Un acteur clé dans la venue d'Ubisoft au Québec

Publié le 26/05/2012 à 00:00

Bernard Landry était ministre des Finances du Québec au moment de l'installation d'Ubisoft à Montréal. C'est lui qui a inclus dans son budget, en 1997, la première édition du programme de crédit d'impôt qui allait transformer Montréal en capitale mondiale du jeu vidéo.

«Je travaillais sur ce type de dossiers depuis le gouvernement de René Lévesque, explique-t-il. Nous avions compris que nos industries traditionnelles avaient deux gros problèmes : la concurrence étrangère et le fait qu'elles n'étaient pas capables de verser des salaires concurrentiels.»

Quinze ans après l'adoption de cette mesure fiscale, Bernard Landry ne se lasse pas de parler du dossier Ubisoft. L'ancien chef péquiste est bien celui qui a donné sa sanction au projet, mais c'est Sylvain Vaugeois, un consultant indépendant spécialisé dans les grands projets économiques combinant intérêts publics et privés, qui en a été l'instigateur.

«Un jour, il est allé à Paris pour rencontrer les frères Guillemot, parce qu'il avait entendu parler d'Ubisoft. Il leur a parlé du Québec. À son retour, il m'a raconté sa rencontre. J'avais justement une mission en France 15 jours plus tard, alors j'y ai fait ajouter un rendez-vous avec Ubisoft», relate Bernard Landry.

Le ministre a alors vendu à l'entreprise française le fait que le Québec avait une main-d'oeuvre très créative et informée, à la californienne. «Je leur ai aussi dit que notre gouvernement pouvait être très interventionniste au besoin», ajoute-t-il.

Les généreux crédits d'impôt accordés peu après à l'industrie ont fait l'objet de nombreuses discussions politiques après leur mise en place. Peu de temps après son élection, en juin 2003, le gouvernement de Jean Charest en a d'ailleurs ramené le taux de 40 % à 37,5 % pour tous, y compris Ubisoft, qui bénéficiait d'un taux privilégié.

Quoi qu'il en soit, l'impact de cette mesure fiscale est indéniable, au point où plusieurs autres juridictions, au Canada ou en Europe, ont emboîté le pas. En France, par exemple, un crédit d'impôt pouvant aller jusqu'à 20 % des coûts de production a été mis en place en 2007.

«Les crédits d'impôt ont eu un effet multiplicateur, estime Sylvianne Pilon, gestionnaire de projet chez TECHNOCompétences. Dans le développement d'une grappe industrielle, l'un des facteurs importants est la présence de firmes d'ancrage et d'incubateurs. Ubisoft a joué ce rôle.»


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

L'importance du réseau pour les petites entreprises

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. Plutôt que de laisser filer de trop grosses occasions, des TPE travaillent en équipe.

Les très petites entreprises: essentielles à l'économie

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. L'importance des très petites entreprises est bien souvent sous-estimée

Pour les TPE, un parcours parsemé d'obstacles pour atteindre la croissance

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. Seules six TPE sur dix ont connu une croissance positive entre 2012 et 2014.