TeraXion prévoit doubler ses revenus d'ici trois ans

Publié le 11/02/2012 à 00:00

TeraXion prévoit doubler ses revenus d'ici trois ans

Publié le 11/02/2012 à 00:00

Par François Normand

TexaXion, une PME de Québec spécialisée dans l'optique, estime pouvoir doubler ses revenus dans les trois prochaines années.

«Cette croissance se fera en grande partie par des acquisitions», dit Alain-Jacques Simard, président et chef de la direction de cette entreprise dont le chiffre d'affaires se situe entre 25 et 50 millions de dollars canadiens (M$).

TeraXion est un fabricant d'équipements optiques destinés au domaine des communications par fibre optique. Sa technologie accélère le transfert des documents écrits et audiovisuels. Elle compte parmi ses actionnaires le Fonds de solidarité FTQ, la Caisse de dépôt et placement du Québec et Fondaction CSN.

La PME vend ses produits dans 42 pays à partir de son usine de Québec. Ses principaux clients sont des équipementiers en matériels de télécommunication, comme le géant Alcatel-Lucent.

Si TeraXion parvient à doubler ses revenus en trois ans, ce ne sera pas une première pour elle. De 2006 à 2010, son chiffre d'affaires a progressé de 138 %, selon le classement Technology Fast 500 de la firme Deloitte, en 2011.

Les acquisitions envisagées par Alain-Jacques Simard visent des entreprises fabriquant des solutions de communication complémentaires à l'offre de TeraXion. «Nous avons actuellement trois entreprises sur notre écran radar», dit le dirigeant, sans toutefois donner plus de précisions.

Deux acquisitions stratégiques

Depuis sa création en 2000, la PME a fait deux acquisitions pour diversifier son portefeuille de produits.

En 2002, TeraXion a acheté la société californienne Phaeton Communications. Cette transaction lui a permis de mettre la main sur les brevets, les marques commerciales et le savoir-faire de l'entreprise américaine qui concevait des produits de compensation optique. Ceux-ci améliorent la qualité d'une image.

En 2005, TeraXion a acquis DICOS Technologies, une PME de Québec spécialisée dans la conception de systèmes de mesure et de contrôle des fréquences optiques pour le marché de la défense et des télécommunications.

Les fusions et acquisitions sont à ce point importantes dans la stratégie internationale de TeraXion que celle-ci a embauché, le 23 janvier dernier, un spécialiste en la matière, Ghazi Chaoui, à titre de conseiller stratégique. Par le passé, ce dernier a occupé plusieurs postes de direction dans des entreprises comme AT & T Labs-Research et la multinationale américaine Oclaro, «un important concurrent de TeraXion», raconte Alain-Jacques Simard, visiblement fier de cette embauche. Sur le plan des revenus, Oclaro (Nasdaq , OCLR) est de 9 à 18 fois plus importante que TeraXion. Pour son exercice annuel terminé le 2 juillet 2011, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 466,5 millions de dollars américains (M$ US).

L'Asie, principal marché de TeraXion

Les ventes de TeraXion en Asie ont explosé l'an dernier. En 2010, elle n'y réalisait que 22 % de son chiffre d'affaires. En 2011, cette proportion a bondi à 42 %. Rien qu'en Chine, où elle est présente commercialement depuis 2007, TeraXion a des revenus supérieurs à 10 M$. Elle a établi une entente commerciale avec un partenaire chinois, Luster Light Tech.

La Chine est un marché clé pour les fournisseurs de solutions optiques en télécommunication. Yuanta Securities Investment Consulting prévoit d'ailleurs qu'en 2012, la demande de téléphones cellulaires et de caméras pour les téléphones intelligents y augmentera de 20 %. Même si l'Asie est devenue son principal marché, TeraXion prévoit accroître ses revenus ailleurs dans le monde d'ici 2015. «Il y a des occasions partout», dit M. Simard.

Le 24 janvier, TeraXion a décroché un contrat, dont la valeur n'est pas connue, avec Honeywell (New York, HON), un fabricant américain de technologies notamment destinées à l'aérospatiale, qui a engrangé des revenus de 33,3 milliards de dollars américains (G$ US) en 2010.

TeraXion développera pour Honeywell une nouvelle génération de gyroscopes à fibre optique. Ces instruments de navigation permettent de connaître en temps réel la position d'un avion en vol.

Le Brésil est aussi un marché clé pour TeraXion : la Coupe du monde de soccer en 2014 et les Jeux olympiques en 2016 créent d'importants besoins en matériel de télécommunication.

Les risques de TeraXion

Risque de concurrence

Si TeraXion a des concurrents en Amérique du Nord (Oclaro) et en Europe (Proximion), les plus redoutables sont en Chine, selon son président et chef de la direction, Alain-Jacques Simard. Les Chinois produisent avec des taux horaires plus bas. Puisque 100 % des produits vendus dans le monde par TexaXion sont fabriqués à Québec, l'entreprise ne peut pas rivaliser avec eux en matière de coûts. «On réduit ce risque en innovant et en misant sur l'excellence de nos solutions», dit-il. TeraXion investit en moyenne 15 % de ses revenus en R-D. La moyenne canadienne s'établit à environ 2 %.

Risque environnemental

Les multinationales courent des risques environnementaux par essence imprévisibles. Par exemple, à l'été et à l'automne 2011, de graves inondations en Thaïlande ont perturbé la production de plusieurs industries, dont celle des équipementiers et des fournisseurs de solutions en télécommunication. «Certains de nos clients en Thaïlande ont suspendu leur production», dit M. Simard. Oclaro, qui a une usine en Thaïlande, a aussi été touchée par ces arrêts, selon la firme d'analyse Ovum : en 2011, ses revenus ont chuté de 6 % au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent.

Risque économique

La crise économique en Europe nuit à des clients de TeraXion, comme la société d'électronique Nokia Siemens Networks, qui supprimera 17 000 emplois dans le monde afin d'économiser un milliard d'euros (1,3 G$ CA). Il y aurait un impact si les équipementiers réduisaient leurs achats en raison de la baisse de demande de leurs produits. «Nous pensons que cela pourrait avoir des conséquences positives, car nos activités viendront compléter des programmes qui n'auront pas avancé assez vite pour eux», dit M. Simard.

98 % Pourcentage des ventes de TeraXion qui ont été réalisées à l'extérieur du Canada en 2011. Source : TeraXion

Chiffre d'affaires : 25 M$ à 50 M$

Nombre d'employés : 190

Dans cette série, nous décodons la stratégie internationale d'une entreprise québécoise et analysons ses risques.

Sur le Web, Les Affaires s'associe à L'actualité, Canadian Business, The Report on Business, The Economist Intelligence Unit et à la banque HSBC pour offrir un site axé sur les exportations. À lire sur affairessansfrontieres.ca.

Source : TeraXion

françois.normand@tc.tc

À la une

Ces quatre doctrines géopolitiques touchent les entreprises

ANALYSE. De la Russie à la Chine et passant par la Turquie, ces doctrines influencent votre environnement d'affaires.

Bourse: Wall Street termine la semaine en forme, meilleure semaine depuis juin

Mis à jour le 15/10/2021 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse avec le cours du pétrole brut.

À surveiller: Nuvei, Target et Air Canada

15/10/2021 | Catherine Charron

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.