Soignez votre image sur le Web

Publié le 01/12/2009 à 00:00

Soignez votre image sur le Web

Publié le 01/12/2009 à 00:00

Les outils du Web 2.0 offrent de nombreuses occasions de faire valoir ses atouts. Voici ce qu'il faut faire - et ne pas faire - pour gagner l'estime des autres, un " twit " à la fois.

5 CHOSES À FAIRE

Soyez généreux

Il ne faut pas donner pour recevoir, mais quand on donne, on reçoit inévitablement en retour. C'est ce que croit Marie-Josée Gagnon, présidente de la firme de relations publiques Casacom et blogueuse très active. " Lorsque quelqu'un lance un appel à l'aide sur Facebook ou Twitter, il faut être présent ", conseille-t-elle. En effet, il est difficile d'avoir une dent contre celui qui a répondu à notre recherche de billets du Canadien.

Connectez-vous à une communauté

Pour entrer de plain-pied dans le Web 2.0, l'idéal est de faire du réseautage. " On peut commencer en se rendant sur les sites des autres ", explique Martin Lessard, spécialiste du Web 2.0. Sur un blogue, cela peut se faire en créant une blogoliste (blogroll) : les gens seront toujours flattés qu'on recommande leur blogue. Sur Facebook ou LinkedIn, on peut se joindre à des groupes de discussion, et sur Twitter, on peut suivre les personnes qui font autorité dans notre domaine.

Soyez authentique

" Embellir son image sur le Web, c'est comme mentir dans son CV, ça finit toujours par se savoir ", illustre Martin Lessard. Et le Web 2.0 laisse peu de chances aux imposteurs. Les promoteurs de Bixi l'ont appris à leurs dépens lorsque leurs faux blogueurs ont été démasqués. Pour Marie-Josée Gagnon, être authentique, c'est aussi respecter ses zones de confort. " Si je n'ai pas envie de parler de ma vie privée sur Facebook, je ne le fais pas. Ça paraît, quand les choses ne sont pas naturelles. "

Soyez " ami " avec votre patron

Vous pouviez lui raconter votre week-end près de la machine à café bien avant que votre patron ne vous demande d'être son " ami " sur Facebook. " Ce que les réseaux sociaux ont changé, c'est la permanence des liens entre les individus ", explique Martin Lessard. Maintenant, jour et nuit, votre patron peut voir ce que vous faites. Il peut aussi décider qu'il a mieux à faire. Et c'est là que le Web 2.0 peut être intéressant : frapper à la porte de votre patron (ou de vos clients) chaque fois que vous lisez un article sur votre profession, que vous voyez une vidéo pertinente ou que vous émettez une opinion pourrait devenir ennuyeux. En mettant votre statut à jour ou en twittant ces observations, vous les partagez de manière discrète.

Devenez une autorité

Être généreux, c'est aussi un bon moyen d'établir sa crédibilité : en partageant l'information, on devient une référence. " Avant, une personne qui avait une expertise la gardait pour elle, afin d'en tirer profit en vendant ses conseils ", rappelle Martin Lessard. Puisqu'aujourd'hui tout se trouve sur Internet, il vaut mieux partager son savoir et être reconnu comme une autorité que garder ses secrets et rester inconnu. "

5 ERREURS À ÉVITER

Attraper le syndrome de l'agent libre

Le Web est le paradis de la liberté d'expression, et ce sont souvent ceux qui crient le plus fort qui se démarquent. " Cependant, si votre but est de faire partie d'une équipe, vous devez faire attention de ne pas émettre d'opinions trop tranchantes avec lesquelles votre employeur pourrait ne pas être d'accord ", prévient Marie-Josée Gagnon. " Le Web 2.0 montre qu'on ne possède pas son nom, ajoute Martin Lessard. Les entreprises n'achètent pas seulement notre temps de travail : elles veulent implicitement que nous reflétions l'image de l'organisation ". Si Air Canada est votre client, il vaudrait donc mieux ne pas critiquer le service à la clientèle de ce transporteur sur votre blogue.

Croire que le Web est un lieu privé

Être sur Facebook, c'est comme être dans son salon, sauf que les rideaux sont ouverts. " Sur Facebook, il faut adopter un comportement adéquat : on ne sort pas en public en pyjama ", dit Martin Lessard. Par ailleurs, on peut destiner Facebook à ses amis et LinkedIn à ses relations professionnelles, mais alors, la frontière peut être difficile à tracer. Faut-il préciser qu'on évitera d'afficher des photos de fin de soirée sur ses divers profils ?

Laisser les autres ternir sa réputation au nom de la transparence

Il faut être prêt à recevoir des critiques, que ce soit sur son blogue ou sur un profil quelconque. " Mais si les commentaires manquent de respect ou sont diffamatoires, on a le droit d'exercer un contrôle, nuance Marie-Josée Gagnon. Le Web est public, mais on y est quand même chez soi. " Si des propos laissés sur notre profil, notre blogue ou notre " mur " sont susceptibles de porter atteinte à notre réputation ou de nous donner une mauvaise image, il ne faut pas hésiter à les supprimer.

Être sur le Web parce qu'il le faut

Ce n'est pas parce que c'est la tendance de l'heure que les médias sociaux sont faits pour tous. Selon Martin Lessard, si le domaine des services se prête bien à une vitrine sur le Web, ce n'est pas le cas de tous les corps de métier. " Si je travaille dans la construction et que le meilleur endroit pour me faire des contacts est la brasserie du coin, je n'ai aucun intérêt à être sur le Web. "

Trop en faire

" Je me méfie de quelqu'un qui est constamment sur Twitter, affirme Marie-Josée Gagnon. C'est louche. Cette personne travaille-t-elle réellement ? " Martin Lessard est du même avis : " Quand on transmet de l'information, on n'est pas en train d'agir. Pour moi, un DG qui blogue tout le temps ne contrôle pas son entreprise ". Selon la présidente de Casacom, il faut aussi être vigilant quant aux moments de la journée où on est présent sur la Toile, et se rappeler qu'il y a un moment pour chaque chose.

DES ADRESSES POUR GÉRER SA RÉPUTATION SUR LE NET

Le site StepRep.com effectue une veille médiatique, transmet un rapport hebdomadaire de ce qui se dit sur vous sur Internet, et affiche les liens positifs sur tous vos profils, favorisant ainsi leur meilleur score sur Google.

Taper votre nom dans www.123people.com vous donnera une idée de votre " image de marque ". Les résultats sont organisés par photos, références sur les blogues, nuages de mots, actualités.

Une photo compromettante a paru sur la Toile à votre insu ? Faites appel à ReputationDefender.com, qui fera le nécessaire.

aplus@transcontinental.ca

À la une

Garder la tête haute en entrant dans la «maison des exclus»

BLOGUE INVITÉ. Retour sur une soirée d'élimination qui a finalement été le début d'une grande aventure.

À surveiller: Marché Goodfood, DuPont et Cenovus Energy

Il y a 54 minutes | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Marché Goodfood, DuPont et Cenovus Energy? Voici quelques recommandations d'analystes.

10 choses à savoir mercredi

Une IA pour commenter les matchs du CH? L'Alberta «viole les droits des enfants». Comment devenir président des USA!