Se déployer de façon cohérente

Publié le 21/09/2013 à 15:18, mis à jour le 28/10/2013 à 15:32

Se déployer de façon cohérente

Publié le 21/09/2013 à 15:18, mis à jour le 28/10/2013 à 15:32

Par Marie-Claude Morin

Après la collection de vêtements pour femmes, «ça allait de soi» de créer des vêtements pour enfants, de la lingerie, des bijoux et des lunettes de soleil. En octobre, le couple ajoutera aussi des vêtements pour hommes à sa gamme avec la marque Old River, qu'il a achetée récemment.

Tous ces produits, réalisés en partenariat avec le manufacturier montréalais JCorp, sont vendus à L'Aubainerie. L'entente d'exclusivité de la chaîne québécoise viendra à échéance dans «quelques mois», mais les parties discutent déjà de son renouvellement. «Dans notre coeur, L'Aubainerie a une longueur d'avance», dit Louis.

Le couple songe également à développer une collection plus haut de gamme, avec des robes de bal, des tenues de cocktail et des sacs à main, possiblement pour L'Aubainerie.

L'étape suivante sera plus compliquée. Devrait-il y avoir des draps Véro ? De la vaisselle Véro ? «Est-ce qu'on s'éparpillerait ou ça serait une suite logique ? Là, c'est plus facile de l'échapper», dit Véronique.

Décliner une marque sur plusieurs produits n'est généralement pas un problème, croit Michel Langlois, de l'ESG UQAM, à condition de rester cohérent. «Une marque est l'expression d'un style de vie, d'une ambiance, et il faut rester dans les paramètres du style de vie en question.»

Selon Louis, la marque Véro a beaucoup de potentiel. Il évoque même un réseau pancanadien de boutiques Véro ! Mais l'acteur- scénariste-humoriste-producteur souhaite aussi poursuivre ses propres projets. D'ici un an, il espère que l'entreprise sera assez grosse pour qu'il puisse laisser la place à un directeur général.

Recruter cette personne sera complexe. Elle devra composer avec deux coprésidents très soudés... et pas toujours d'accord. «Ça prendra quelqu'un qui saura s'immiscer entre nous, avec douceur et doigté», dit Véronique. «Quelqu'un qui gérera tes émotions et mon tempérament intempestif», résume Louis. «Exactement ! dit Véronique. Mais ce n'est pas simple, ça.»

En plus, ce directeur général devra combiner expérience en affaires et sens du showbiz, explique Louis. «Il ou elle devra comprendre que l'agenda artistique sera toujours la priorité. Ça restera le coeur de la business. Toujours.»

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

Les entrepreneurs, ces héros

Édition du 21 Septembre 2019 | Marine Thomas

ÉDITO. It’s lonely at the top. Qu’on le veuille ou non, la dynamique change lorsqu’on grimpe les ...

Pour une intervention sensée en santé mentale

Édition du 21 Septembre 2019 | Simon Lord

DROIT DES AFFAIRES. Une des fortes tendances en matière de relations de travail cette année est celle des cas...

Catherine Dagenais, la première femme à la tête de la SAQ

18/09/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «N’hésitez pas à vous lancer, à dire à vos supérieurs ce que vous voulez apprendre», dit Mme Dagenais.