Questions osées sur les finances personnelles - 16 à 20

Publié le 01/11/2012 à 16:46, mis à jour le 13/11/2013 à 16:50

Questions osées sur les finances personnelles - 16 à 20

Publié le 01/11/2012 à 16:46, mis à jour le 13/11/2013 à 16:50

Par

16- Comment puis-je améliorer rapidement mon dossier de crédit ?

Payez d'abord le solde total de votre carte de crédit, suggère Clément Jantzen, conseiller en finances personnelles à la Caisse Desjardins De Lorimier-Villeray. «Sinon, diminuez-le pour qu'il corresponde à 50 % ou moins de votre limite de crédit.»

Ensuite, réduisez la limite de votre carte de crédit. Quant à celles que vous n'utilisez pas, comme les cartes de magasin obtenues pour des rabais, annulez-les en téléphonant au fournisseur (les couper ne suffit pas). Comme votre endettement potentiel est calculé en fonction des limites autorisées, vous aurez ainsi plus de marge de manoeuvre pour un nouvel emprunt.

Commandez chaque année une copie de votre dossier de crédit à Équifax ou à TransUnion. «Personnellement, je m'offre une copie électronique (22 $, disponible instantanément) pour mon anniversaire. Avec une date fixe, c'est plus facile d'y penser», dit Clément Jantzen. Vous pouvez aussi demander qu'on vous envoie gratuitement une copie par la poste, mais elle sera moins détaillée.

Si vous remarquez des anomalies, demandez des correctifs et exigez une lettre qui confirme que les changements ont été apportés ou qu'une note explicative a été ajoutée. Sachez que la mise à jour du dossier de crédit prend de 45 à 60 jours. (Marie-Claude Morin)

17- Je songe à divorcer. Comment calculer si c'est avantageux sur le plan financier ?

«Il s'agit de déterminer si la personne serait plus riche seule ou en couple», résume Raphaël Hainault, planificateur financier à la Financière des professionnels. Pour ce faire, il faut comparer la valeur du patrimoine familial qui devra être partagé en cas de divorce aux économies qu'occasionnerait la vie en solo.

Pour calculer le patrimoine familial qui devra être partagé, additionnez la valeur des résidences à l'usage de la famille (résidence principale, chalet, condo) et leurs meubles, les véhicules utilisés par la famille, les droits accumulés au cours de l'union dans un régime de retraite, dans un REER et auprès de la Régie des rentes du Québec, puis divisez le total par deux.

Quant à l'autre partie de la comparaison, les économies réalisées en cas de divorce, préparez deux budgets : vos dépenses et vos revenus en couple, et vos dépenses et vos revenus comme célibataire. Estimez au moins les dépenses les plus importantes, comme le logement (loyer, assurance et services ajustés), la nourriture, le transport et les loisirs. Puis, calculez la différence annuelle entre les deux scénarios pendant la durée probable de votre union, si vous ne divorcez pas, qui se traduit généralement par l'espérance de vie du conjoint le plus âgé. Calculez ensuite la valeur, à compter d'aujourd'hui, de ces différences annuelles (fonction «valeur actuelle nette», dans Excel).

Comparez les deux données. Si la première (partage du patrimoine familial) est plus petite que la seconde (dépenses en moins), c'est qu'il vous coûterait moins cher de renouer avec le célibat que de poursuivre la vie en couple. «Ce calcul fait partie du processus décisionnel de certaines personnes», observe Raphaël Hainault. (Marie-Claude Morin)


18- J'ai des dettes que je cache à mon conjoint. Que faire ?

Les conjoints ne sont pas obligés de tout se dire, mais dans les cas où l'autre risque d'en payer le prix, il serait sans doute plus sage de lui en glisser un mot... «Tout dépend. Mais si vous voulez continuer à vivre avec l'autre...» dit Luc Lacombe.

Une petite dette sur une carte de crédit ou envers un ami, et qui n'a pas d'impact sur le patrimoine familial peut bien rester enfouie dans votre jardin secret. Particulièrement si l'un des deux conjoints souffre d'insécurité et que cela nuira à la relation. Mais à partir du moment où la dette risque de couler l'autre aussi, personne n'a intérêt à garder le silence ! «Un de mes clients ne voulait pas dire à sa conjointe qu'il frôlait la faillite, et elle, elle continuait de dépenser en voyages. Si le conjoint continue de dépenser en pensant que tout va bien, le couple risque de se retrouver dans le rouge», dit Luc Lacombe. Au besoin, mettez votre conseiller financier dans le coup. Il pourra expliquer votre revers de fortune à votre conjoint, avec des pistes de solution en main. (Kathy Noël)

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

À surveiller : Salesforce, Zoom et BMO

08:38 | Catherine Charron et Stéphane Rolland

Voici quelques recommandations d’analystes.

Salesforce confirme l'achat de Slack pour 27,7G$US

01/12/2020 | AFP

Avec l'achat de Slack, Salesforce pourra entrer en compétition plus frontale avec Microsoft.

COVID-19: dès vendredi, tous les commerces resserreront les règles

Il y a 15 minutes | La Presse Canadienne

Les contrevenants s’exposent à des amendes pouvant aller de 1000 $ à 6000 $ a dit Geneviève Guilbault.