Québec-Mexique, le grand amour

Publié le 16/05/2009 à 00:00

Québec-Mexique, le grand amour

Publié le 16/05/2009 à 00:00

L'amour que les Québécois vouent au Mexique est de plus en plus réciproque. À tel point que le gouvernement provincial, profitant de cette tendance, s'apprête à ouvrir un bureau de Tourisme Québec à Mexico afin de vanter encore davantage les attraits de la province.

Un peu plus de 80 000 Mexicains visitent le Québec chaque année. Ils constituent la 4e clientèle touristique en importance, derrière les Américains, les Français et les Britanniques. C'est aussi la clientèle qui connaît la plus forte croissance depuis cinq ans : environ 25 % par année.

Grippe oblige, 2009 risque de nous amener moins de Mexicains, mais ce pays constitue certainement un marché porteur, affirme Pierre Bellerose, vice-président de Tourisme Mont réal. L'émergence de la classe moyenne mexicaine, l'exigence imposée aux Mexicains de présenter un visa pour entrer aux États-Unis et la signature de l'Accord de libre-échange nord-américain ont contribué à mieux positionner le Québec sur le plan touristique.

Tourisme Québec dispose déjà de bureaux à Paris, Londres, Toronto, New York et Chicago, entre autres. Mais pas encore à Mexico, explique Michel Gagné, responsable de ce marché au ministère du Tourisme du Québec, qui estime qu'en y remédiant, la province saura ainsi doubler le nombre de touristes venant de ce pays.

Or, les Mexicains dépensent 15 % de plus par séjour que les autres étrangers, indique Pierre Bellerose. De quoi conforter les prestataires de service d'ici qui ciblent la clientèle mexicaine, comme Guidatour, qui, depuis ce mois-ci, offre à ses clients un service dans la langue de Cervantes.

martin.jolicoeur@transcontinental.ca

À la une

Il s’est passé quoi avec Meta?

Édition du 21 Février 2024 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Comment la valeur de Meta Platforms a-t-elle pu fluctuer de cette façon depuis trois ans?

Un projet tangible d'investissement servant à développer sa pensée «long terme»

EXPERT INVITÉ. En investissement boursier, il est souvent bien moins payant d’aller vite que de prendre son temps.

À surveiller: Québecor, BRP et Nvidia

Que faire avec les titres de Québecor, BRP et Nvidia? Voici des recommandations d’analystes.