Québec appuie davantage l'économie sociale

Publié le 19/10/2013 à 00:00, mis à jour le 17/10/2013 à 09:49

Québec appuie davantage l'économie sociale

Publié le 19/10/2013 à 00:00, mis à jour le 17/10/2013 à 09:49

Le gouvernement du Québec vient de faire un pas important afin de soutenir le développement de l'économie sociale dans la province. En effet, il a adopté la Loi sur l'économie sociale le 10 octobre dernier, qui vise à promouvoir et accroître le rôle de celle-ci.

Cette loi-cadre prévoit entre autres que les différents ministères devront prendre en considération l'économie sociale dans les mesures et les programmes existants, dans leur mise à jour ainsi que dans l'élaboration de nouveaux outils destinés aux entreprises.

Martin Frappier, directeur des opérations et des communications du Chantier de l'économie sociale, souhaite maintenant que le gouvernement joigne le geste à la parole. «Il faut revoir l'ensemble des programmes gouvernementaux et les processus d'appels d'offres pour s'assurer que les entreprises d'économie sociale y aient davantage accès. Actuellement, à cause de certains critères, des dossiers soumis par des entreprises tombent entre deux chaises», explique M. Frappier.

Le financement, un enjeu important

En ce cens, le gouvernement doit adopter, d'ici le 1er avril prochain, un plan d'action en économie sociale. Ce plan sera élaboré en collaboration avec les ministères et après consultations avec les membres du Chantier de l'économie sociale et du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM).

Ce plan d'action devra toucher la question de l'accès au financement, qui est au coeur du développement des coopératives et autres entreprises d'économie sociale. «Les banquiers traditionnels sont moins enclins à financer des entreprises sociales», fait valoir M. Frappier.

D'autant que la Fiducie du Chantier, un fonds qui offre du capital variant de 50 000 $ à 1,5 million de dollars, sans exigence de remboursement de capital avant 15 ans, a ses limites. «Il y a des projets d'envergure qui dépassent la capacité de nos outils financiers», affirme M. Frappier.

Le mouvement coopératif en expansion

L'économie sociale fait partie du quotidien de centaines de milliers de Québécois, qui bénéficient des services de 7 000 coopératives et organismes sans but lucratif.

Longuement associé aux secteurs financier, agricole et forestier, le secteur coopératif perce aujourd'hui dans des champs d'activité comme la culture, les nouvelles technologies, l'écotourisme et l'environnement. Les lacunes en santé et le vieillissement de la population ont aussi mené à la création de coopératives qui oeuvrent dans les services à domicile, la santé et l'hébergement. «Les coopératives prennent leur place où il y a des besoins socioéconomiques à combler», dit Gaston Bédard, directeur général intérimaire du CQCM.

Il rappelle que le modèle coopératif «est une solution au problème de relève des entreprises, grâce à la création de coopératives de travailleurs actionnaires».

Pourtant, ce «moteur économique reste très méconnu non seulement de la population, mais aussi du milieu des affaires», ajoute M. Bédard.

Le CQCM représente plus de 3 300 coopératives et mutuelles employant plus de 95 000 personnes.

À la une

Bourse: Wall Street termine mitigée, le Nasdaq sur un record

Mis à jour le 20/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a conclu en ordre dispersé lundi.

OpenAI veut changer la voix de ChatGPT, trop proche de celle de Scarlett Johansson

20/05/2024 | AFP

L’entreprise a assuré que la voix de «Sky» n'avait pas été développée en se basant sur la voix de Mme Johansson.

Microsoft intègre l’IA générative directement dans ses PC

20/05/2024 | AFP

Selon Microsoft, plus de 50 millions de «PC IA» seront vendus dans les douze mois à venir.