Pour un tarif aérien qui ne soit pas du vol

Publié le 08/11/2008 à 00:00

Pour un tarif aérien qui ne soit pas du vol

Publié le 08/11/2008 à 00:00

Par Julie Cailliau

Oren Etzioni est un maître de l'exploitation de données informatiques (data mining). S'étant aperçu, dans l'avion qui le transportait à Los Angeles, que ses voisins de rangée avaient payé leurs billets bien moins cher que lui, il a décidé d'appliquer son art à la recherche des meilleurs tarifs aériens.

M. Etzioni a développé un algorithme capable de prédire le prix des billets d'avion, qui a donné naissance au site Farecast (farecast.live.com).

Il ne s'agit plus seulement de savoir où acheter son billet - auprès de quel transporteur aérien ou de quel agent -, mais quand l'acheter.

L'algorithme qu'il a mis au point compile chaque jour les tarifs d'une centaine de millions de vols aller-retour prévus au cours des 90 prochains jours afin de prédire le meilleur moment pour acheter un billet.

D'abord baptisé Hamlet - afin d'évoquer avec humour le dilemme To buy or not to buy -, le logiciel a été mis en ligne en mai 2006 dans une version d'essai pour les vols entre Seattle et Boston. Il est devenu disponible pour tout le marché américain l'été suivant.

Des prédictions justes trois fois sur quatre

On peut l'utiliser pour les vols en provenance ou à destination des grandes villes canadiennes depuis janvier.

Farecast a été rachetée en avril par le géant des logiciels Microsoft.

Sur le site de Farecast, l'utilisateur sélectionne les villes de départ et d'arrivée et la date de son voyage.

Les prédictions de Farecast prennent la forme d'une liste de tarifs variant selon la date et le moment du vol (matin ou après-midi) et sont accompagnées d'une recommandation d'achat. Une flèche verte pointant vers le haut signifie que les prix vont monter et que c'est le moment d'acheter.

D'après l'audit réalisé par Navigant Consulting, ces prédictions se révèlent justes trois fois sur quatre et permettent aux voyageurs qui achètent deux billets d'économiser en moyenne 55 $.

Peu d'effet sur les transporteurs aériens

Est-ce que si le public se met à acheter ses billets systématiquement au prix le plus bas grâce à Farecast, cela risque de fausser les calculs du logiciel et de nuire à sa fiabilité ? " Cet algorithme a une très grande capacité d'adaptation ", se contente de dire M. Etzioni. Il souligne que la technologie qu'il a utilisée pour Farecast sert aussi aux prévisions immobilières et boursières que de circulation routière.

Est-ce que cela pourrait avoir un effet sur la rentabilité des transporteurs aériens ? " Farecast amène de nombreuses réservations directement sur le site Internet des sociétés aériennes, avec lesquelles nous collaborons étroitement ", dit Mike Fridgen, directeur de la gestion produit.

Les transporteurs que nous avons contactés n'ont pas voulu se prononcer sur l'effet que Farecast pourrait avoir sur leurs ventes. Il est sans doute encore mineur puisque, selon le site de statistiques Internet Alexa, moins de 0,36 % des internautes du monde ont consulté le site de Farecast au cours des trois derniers mois.

Ses dirigeants comptent bien attirer davantage de visiteurs. Pour le moment, le logiciel permet de trouver le meilleur tarif jusqu'à 90 jours avant le voyage. Farecast promet d'étendre ce délai à 180 jours. De quoi pouvoir planifier dès septembre un voyage économique dans le Sud cet hiver.

julie.cailliau@transcontinental.ca

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

COVID-19: les applications de traçage, bonnes ou mauvaises pour les Québécois?

C’est ce sur quoi la Commission des institutions se penchera dès mercredi, à l’Assemblée nationale.

À surveiller: BRP, Royal Caribbean Cruises et Hydro One

Que faire avec les titres de BRP, Royal Caribbean Cruises et Hydro One? Voici quelques recommandations d’analystes.

Ah, la Gaspésie!

BLOGUE INVITÉ. Après la déception de 2018, est-ce que l'expérience client fut à la hauteur cette fois-ci?