Point tournant

Publié le 02/03/2013 à 00:00

Point tournant

Publié le 02/03/2013 à 00:00

Dimanche 24 février, 15 heures. Il n'y avait pas grand monde dans la boutique Laura Secord. Nous étions trois : moi et les deux jeunes vendeuses. Je me suis dit que je pouvais bien les déranger un peu...

Je leur ai demandé comment allaient les affaires. «Nous avons de gros pics, comme à Noël, à la Saint-Valentin et à Pâques», m'ont-elles expliqué. Normal, me direz-vous, pour un détaillant qui vend du chocolat.

Et entre ces périodes ? «C'est sûr, c'est plus calme», ont-elles précisé. C'est vrai, c'était plutôt calme.

J'ai poursuivi : «Pour quelle raison les clients viendraient-ils dans votre boutique alors que les pharmacies et les épiceries offrent des tonnes de chocolat ?»

«Les clients savent exactement ce qu'ils veulent lorsqu'ils viennent chez nous», a répondu l'une des vendeuses, du tac au tac. Intéressant. Les consommateurs n'hésitent pas à faire un détour pour s'acheter des mini-oeufs Secord. Sauf que Jean Leclerc, à la tête de Laura Secord depuis trois ans, mise sur la vente massive dans les supermarchés, les pharmacies et les grandes surfaces. Alors, que deviendront les boutiques ?

Le dirigeant est confiant. «On voit des occasions partout», a-t-il dit à notre journaliste Marie-Eve Fournier. Par exemple, Laura Secord vient de lancer de nouveaux produits, comme des tisanes.

Un pari audacieux.

Belle coïncidence, c'est aussi cette semaine que débute notre grande série «Point tournant», qui mettra en lumière des dirigeants ayant pris des décisions marquantes, comme M. Leclerc. Mélanie Kau, ex-présidente de Mobilia, ouvre le bal en racontant pourquoi elle a quitté le meuble pour racheter Le Naturiste.

Eh non, je n'ai pas eu la chance de m'arrêter dans une boutique Le Naturiste. Par contre, j'ai acheté du chocolat en masse : des truffes, des barres à la guimauve et, bien sûr, des mini-oeufs. Et lorsque j'ai quitté la boutique Laura Secord, trois personnes attendaient au comptoir des crèmes glacées. En février, en plein hiver. Pas si calme finalement.

À la une

L'assurance-emploi et l'assurance médicaments dans la mire des syndicats

Les syndicats s’attendent à des changements concernant l’assurance-emploi et le programme d’assurance médicaments.

Main-d'oeuvre: les attentes des chambres de commerce sont grandes

Elles s'inquiètent aussi des conséquences qu’aura l'endettement des derniers mois sur les PME.

Le patronat veut de l'action de la part d'Ottawa

Mis à jour à 13:53 | Emmanuel Martinez

Suite aux élections fédérales, les associations représentant les entreprises veulent de l'action de la part d'Ottawa.