Nos écoles attirent les pilotes étrangers

Publié le 27/03/2010 à 00:00

Nos écoles attirent les pilotes étrangers

Publié le 27/03/2010 à 00:00

Par Claudine Hébert

Plusieurs écoles de pilotage, notamment les cinq écoles de l'aéroport de Saint-Hubert, traversent des zones de turbulences. En raison du bruit que produisent les nombreux décollages et atterrissages, des citoyens réclament leur fermeture.

La disparition de ces écoles serait une perte importante pour l'économie locale. " Nos écoles permettent d'injecter chaque année près de 25 millions de dollars en capitaux dans la collectivité longueuilloise. Des capitaux pour la plupart d'origine étrangère ", fait valoir Josée Prud'homme, présidente de Cargair, la plus importante école de pilotage privée du Québec.

Des prix attractifs

Cargair forme 220 pilotes par an, dont 150 viennent de Chine (grâce à un partenariat avec Air China), du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. Des étudiants étrangers qui ont tous séjourné entre 12 et 18 mois à Saint-Hubert pour obtenir leur licence. Par exemple, chez Cargair, chaque étudiant chinois bénéficie d'un forfait clé en main au coût de 85 000 $, qui comprend la licence, l'hébergement, le transport et l'épicerie, précise Mme Prud'homme.

Deux facteurs expliquent la bonne réputation des écoles de pilotage du Québec dans le monde. D'abord, le prix. Pour obtenir une licence commerciale, celle qui permet de devenir pilote de ligne, il en coûte entre 50 000 et 60 000 $.

Chez Passport Hélico, à Mascouche, le quart des 40 pilotes qui suivent annuellement la formation pour piloter un hélicoptère (20 000 $ à 50 000 $ selon le type de licence) provient de France, de Belgique et de Suisse.

On estime à près de 2 000 le nombre de pilotes d'avions et d'hélicoptères formés chaque année au Québec. À peine 7,5 % d'entre eux suivent la formation professionnelle, en raison de ses coûts élevés. Du fait que plusieurs de ces diplômés retournent dans leur pays d'origine, l'AQTA craint une pénurie de pilotes commerciaux au Québec à moyen terme.

30

Nombre d'école de pilotage au Québec, soit cinq à Saint-Hubert, quatre à Mascouche, une à Dorval et une à Lachute.

À la une

Grippe aviaire, plus inquiétante qu'il n’y paraît

Il y a 32 minutes | John Plassard

EXPERT INVITÉ. Les nouveaux chiffres records seront lourds de conséquences.

Revenu Québec doit «combattre les cryptomonnaies»

Mis à jour à 14:20 | François Remy

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Est-ce le rôle d'un ministre des Finances d’envoyer ses agents livrer combat aux cryptomonnaies?

Dépolluer son portefeuille boursier

SPÉCIAL CLIMAT: ADAPTEZ VOTRE ENTREPRISE. L’adaptation climatique touche directement les investisseurs boursiers.