Lisez les petits caractères avant d'adopter les logiciels en nuage

Publié le 19/02/2011 à 00:00, mis à jour le 25/02/2011 à 13:52

Lisez les petits caractères avant d'adopter les logiciels en nuage

Publié le 19/02/2011 à 00:00, mis à jour le 25/02/2011 à 13:52

Par Julien Brault

L'informatique en nuage a beau avoir un nom relativement jeune, les technologies qui la supportent ont démontré leur fiabilité depuis longtemps. Aussi, lorsqu'on adopte un logiciel en nuage, les risques les plus importants se situent dans le contrat de service et... ses petits caractères !

Avant de s'engager envers un fournisseur, les entreprises doivent tenir compte de plusieurs éléments, par exemple de la propriété des données, de la procédure en cas d'interruption ou même de la gestion de la transition.

Interruption de service

L'éventualité d'une interruption de service, quoique que peu probable dans un environnement en nuage, doit être envisagée avant de signer un contrat avec un fournisseur. Après tout, les utilisateurs de Gmail, dont plusieurs entreprises ayant opté pour le service payant Google Apps, n'ont pas été en mesure d'accéder à leurs courriels durant trois heures, le 24 février 2009. Selon Charles Lupien, avocat chez Fasken Martineau, il s'agit d'ailleurs du risque le plus important en matière de logiciel-service : " Par exemple, j'ai un client qui utilise un logiciel de production de contenu en ligne. Ce logiciel est utilisé par 6 000 employés. Je lui demande : "Si demain matin, le logiciel n'est pas accessible, pour une raison X, que feront vos 6 000 employés devant leurs écrans ?" "

Dans la mesure où une interruption de service pourrait occasionner des millions de dollars de perte, ce risque n'est jamais assumé par le fournisseur de service, quoiqu'il puisse l'être par une compagnie d'assurances. Il est cependant possible d'indiquer des sanctions en cas d'interruption de service dans le contrat : " Si je représente un client, explique Charles Lupien, on va tenter d'inclure dans le contrat des pénalités, qui vont correspondre à un pourcentage des frais mensuels en fonction de la durée de la panne. "

Cependant, règle générale, les fournisseurs de logiciels-services ne garantissent leur accessibilité que jusqu'à 99 % du temps, écartant ainsi tout recours dans le cas de brèves interruptions de service. Du côté du logiciel en nuage Wizzsoft, on offre une garantie légèrement supérieure : " Dans notre contrat de service, on garantit l'accessibilité à hauteur de 99,9 %, se félicite Denis Robert, pdg d'Eleasoft. Si on venait à ne pas respecter notre garantie, les clients pourraient avoir un recours pour rupture de contrat et, le cas échéant, on leur remettrait la valeur d'un mois d'abonnement. "


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

À surveiller: MTY, BRP et Leon

Que faire avec les titres de MTY, BRP et Meubles Leon? Voici quelques recommandations d'analystes.

10 choses à savoir mardi

Facebook se lance dans le café, désinformer, c'est payant, les toits solaires de Tesla en location!

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

07:12 | LesAffaires.com et AFP

«Les investisseurs cherchent une nouvelle force motrice.»