Les ventes par appareils mobiles explosent

Publié le 24/03/2012 à 00:00

Les ventes par appareils mobiles explosent

Publié le 24/03/2012 à 00:00

Un nombre croissant de consommateurs utilisent leur téléphone mobile pour faire des achats en ligne au cours des prochaines années. Les entreprises ne peuvent donc se permettre d'ignorer la nouvelle clientèle des mobinautes.

L'an dernier, les achats effectués par téléphones intelligents ou tablettes numériques ont atteint 6,7 milliards de dollars américains aux États-Unis, en hausse de 91 % par rapport à 2010, selon eMarketer. Et la moitié des ventes en ligne proviendront d'appareils mobiles et des réseaux sociaux d'ici 2015, prévoit la firme américaine Gartner.

Le Québec ne devrait pas faire exception. Plusieurs raisons expliquent pourquoi les téléphones mobiles favorisent le commerce en ligne. «Les gens n'ont plus besoin d'être assis devant un ordinateur pour magasiner sur Internet. Ils peuvent le faire tout en se déplaçant», répond François Gaumond, directeur chez Umen Innovation. Tout déplacement devient donc un excellent prétexte pour consommer. «Le temps passé à attendre à la caisse, dans le train de banlieue ou encore pendant que les enfants s'entraînent au hockey sont autant d'occasions pour consommer», illustre-t-il.

L'ère de l'instantanéité

Le fait que les gens s'informent de plus en plus sur Internet avec leur téléphone mobile fera augmenter les ventes en ligne, estime pour sa part Simon Rouillier, associé et cofondateur de NVI stratégie interactive.

«Nous vivons à l'ère de l'instantanéité. Lorsque les gens ont besoin d'un produit ou d'un service, ils n'ont qu'à pitonner sur leur téléphone intelligent pour le trouver», dit-il. D'ailleurs, Google rapporte que les recherches Internet sur les appareils mobiles ont bondi de 400 % depuis 2010.

Grâce à leur téléphone mobile, les utilisateurs peuvent comparer les prix d'un produit ou simplement obtenir plus d'information sur celui-ci. «Le mobile peut donc influencer grandement le choix des consommateurs au moment de prendre la décision d'acheter», ajoute M. Rouillier.

«Le potentiel du téléphone mobile n'est pas limité aux seules boutiques en ligne. Ces téléphones peuvent aussi faire augmenter les ventes en magasin», fait valoir Philippe Colling, directeur stratégie et médias sociaux chez Axial Développement.

Comment ? Plusieurs téléphones intelligents ont une composante intégrée de géolocalisation. C'est ce qui permet aux utilisateurs de repérer un restaurant ou un commerce à proximité de l'endroit où ils se trouvent, explique M. Colling.

Avec la géolocalisation, les mobinautes peuvent aussi savoir si certains de leurs amis se trouvent dans un commerce tout près et ainsi aller les rejoindre. «Imaginez que vous êtes dans un café du centre-ville et que des amis qui vous ont localisé grâce à leur téléphone viennent vous y retrouver : cela fera vendre plus de café !» explique M. Colling.

Site mobile ou application ?

Selon les consultants interrogés, un site Web mobile coûte aussi peu que quelques milliers de dollars et fonctionne sur tout type de téléphone mobile. À ce titre, les applications Web seraient moins intéressantes, parce qu'elles sont plus coûteuses et parce qu'il faut en développer une pour chaque type de téléphone.

Au Québec, les sites Web pouvant être consultés facilement par téléphone mobile sont encore rares, constate Claire Bourget, directrice à la recherche marketing du CEFRIO. Elle s'inquiète du fait que les PME, qui sont déjà en retard en matière de commerce électronique, ratent aussi le train de la mobilité.

À la une

Le prix médian pour un condo à Montréal atteint 436$/pi2 en 2020

BLOGUE INVITÉ. Le prix médian au pi2 des copropriétés sur l'île de Montréal a grimpé de 14% en 2020.

Le rendement de la CDPQ en 2020 est sous son indice de référence

Mis à jour il y a 53 minutes | La Presse Canadienne

Il s’agit de la moins bonne performance du bas de laine des Québécois depuis 2018.

CDPQ: une gestion de l'innovation à trois niveaux

SPÉCIAL INNOVATION. Gérer l’innovation au sein d’une organisation aussi vaste que la CDPQ n'est pas une mince tâche.