Les jeunes saisissent les occasions d'affaires

Publié le 22/06/2013 à 00:00

Les jeunes saisissent les occasions d'affaires

Publié le 22/06/2013 à 00:00

L'entrepreneuriat autochtone a le vent en poupe. Les membres des Premières Nations seraient même deux fois plus nombreux à envisager une carrière entrepreneuriale que le reste de la population, d'après Tourisme Autochtone Québec.

Regroupées en 11 nations et 53 communautés, les populations autochtones du Québec développent de plus en plus leur fibre entrepreneuriale.

«Les jeunes des Premières Nations sont de plus en plus nombreux à tenter leur chance en fondant une entreprise», constate Pierre Bastien, directeur général de la Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador (CDEPNQL). Il explique ce phénomène par le développement des moyens de communication et par le niveau d'instruction plus élevé au sein des communautés.

C'est le cas de Claude Boivin qui, après avoir bourlingué un peu partout au pays comme guide touristique, a décidé de créer sa propre entreprise, Aventure Plume Blanche, qui allie hébergement et traditions autochtones. Il a commencé par planter un tipi sur un terrain. Aujourd'hui, il songe à ouvrir un spa et à cultiver des plantes médicinales qu'il vendra aux visiteurs.

Son créneau : miser sur l'authenticité. «Cela représente beaucoup de travail, car il y a toujours des choses à améliorer et il faut constamment donner un bon service à la clientèle. Mais c'était mon rêve», dit-il.

Boom des régions

L'entrepreneuriat autochtone profite du fort développement que connaissent les régions depuis quelques années. Grâce à l'aménagement de réseaux, de routes et de ponts pour accéder aux communautés souvent éloignées, le secteur de la construction et de la voirie est en plein boom.

Le plan Nord, rebaptisé le Nord pour tous par le gouvernement Marois, devrait également offrir de nouveaux marchés aux entreprises autochtones.

«Le défi, c'est d'arriver à ce que le développement du Nord soit fait en concertation avec les communautés qui y vivent», rappelle Julie Lepage, cofondatrice de la firme de consultation Acosys, spécialisée dans la gestion de talents autochtones.

Tourisme : la demande dépasse l'offre

C'est dans le domaine du tourisme que la croissance des entreprises autochtones est la plus impressionnante. «Le chiffre d'affaires moyen a presque doublé en huit ans, à 600 000 $ en 2010», dit Dave Laveau, directeur de Tourisme Autochtone Québec.

Les raisons de ce succès ? Le réel intérêt de la part de la clientèle pour le tourisme autochtone, à tel point que la demande dépasse l'offre. «Beaucoup de gens aimeraient mieux connaître la culture des Premières Nations et sont à la recherche d'une expérience authentique», ajoute M. Laveau.

Si les activités d'artisanat, de chasse et de pêche dominaient par le passé, les entrepreneurs autochtones sont de plus en plus nombreux à proposer des produits à forte valeur ajoutée, comme de l'hébergement ou de la restauration.

«Une mutation s'est opérée vers des entreprises à caractère plus rentable. Mais souvent, il ne s'agit pas d'entreprises au sens où on les connaît, puisque seulement 30 à 35 % d'entre elles sont des sociétés à caractère privé, le reste étant des compagnies issues des conseils de bande», analyse Dave Laveau.

32

L'empreinte économique des populations autochtones devrait s'élever à 32 milliards de dollars d'ici 2016, soit 8 G $ de plus qu'en 2011.

Source : Groupe TD

1 400

On dénombre près de 1 400 sociétés à caractère autochtone dans la province.

Source : CDEPNQL

50 %

De 2002 à 2010, le nombre de sociétés gérées par des entrepreneurs autochtones a progressé de 50 %.

Source : CDEPNQL

À la une

Nombre record de femmes élues à l'Assemblée nationale

Des 125 députés qui composeront la nouvelle Assemblée nationale du Québec, on en comptera désormais 58 de sexe féminin.

ESG: le facteur E a-t-il encore sa place?

BLOGUE INVITÉ. Le facteur E est sûrement celui qui possède la plus grande notoriété de la triade.

Nouveau revirement d'Elon Musk, qui propose à nouveau de racheter Twitter

13:34 | AFP

La cotation de l’action Twitter a été suspendue mardi à la Bourse de New York «en attendant des informations».