«Les cégeps doivent développer la fibre entrepreneuriale des élèves» - Ugo Cavenaghi, directeur du Collège Sainte-Anne de Lachine

Publié le 12/11/2011 à 00:00

«Les cégeps doivent développer la fibre entrepreneuriale des élèves» - Ugo Cavenaghi, directeur du Collège Sainte-Anne de Lachine

Publié le 12/11/2011 à 00:00

Par François Normand

Votre établissement vient d'inaugurer un cégep privé, le Collégial international Sainte-Anne. Quel rôle les cégeps doivent-ils jouer dans la relance de l'économie québécoise ?

Les cégeps doivent mieux arrimer les compétences que leurs étudiants acquièrent aux besoins des entreprises. Il faut aussi développer la fibre entrepreneuriale des élèves. Par exemple, de notre côté, nous nous inspirons de l'École d'entrepreneurship de Beauce pour développer notre propre programme, par exemple en invitant des entrepreneurs à donner des conférences. Les établissements collégiaux doivent aussi favoriser davantage la créativité pour permettre au Québec de se démarquer des pays émergents qui, eux, misent sur de bas coûts de production. Les cégeps devraient aussi recruter davantage d'étudiants immigrants à l'étranger afin de mieux les intégrer à la société québécoise.

Le décrochage scolaire est une plaie. Comment le réduire et contribuer ainsi à combler la pénurie de main-d'oeuvre qualifiée au Québec ?

Au secondaire, les écoles doivent avoir une offre de services susceptible d'attirer et de motiver les élèves par le sport, les arts et la musique. À Sainte-Anne, nous utilisons les technologies de l'information dans nos cours, et les ordinateurs sont obligatoires pour tous élèves. L'approche pédagogique est aussi dynamique, interactive et fait appel à la technologie. C'est important pour les garçons, car cela les garde motivés. Ce n'est pas évident de les tenir assis cinq heures par jour dans une classe. Enfin, l'école doit être beaucoup moins rigide et mieux s'adapter aux besoins des élèves en difficulté.

Y a-t-il un système d'éducation étranger dont le Québec devrait s'inspirer ?

Non, je ne crois pas en un modèle unique que l'on puisse importer. En revanche, je pense qu'il faut s'inspirer des meilleures pratiques à gauche et à droite, ce que nous ne faisons d'ailleurs pas assez au Québec. Par exemple, les écoles américaines sont exemplaires en ce qui a trait aux activités parascolaires. En matière de rigueur académique, l'Europe est un modèle à suivre. Enfin, on devrait s'inspirer du Japon concernant toutes les questions liées à la qualité de l'environnement (qualité de l'air, propreté des lieux, luminosité, etc.) pour les étudiants. À Sainte-Anne, nous nous sommes inspirés du Japon pour devenir la première école secondaire du Canada à obtenir la certification environnementale ISO 14 001, qui nous force à réduire notre empreinte écologique.

CV

Nom : Ugo Cavenaghi

Âge : 44 ans

Fonction : Directeur général du Collège Sainte-Anne de Lachine (secondaire) et du Collégial International Sainte-Anne

D'abord enseignant en technologies de l'information et de la communication, il devient directeur des services éducatifs au Collège Sainte-Anne en 2001, puis directeur de l'école en 2006. En 2010, il a reçu le prix Reconnaissance, lors du Gala UNIO organisé par la Chambre de commerce et d'industrie du Sud-Ouest de Montréal, pour sa contribution au développement économique de l'arrondissement.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

10:00 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour à 10:53 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.