La pharmacogénétique, une formule gagnante pour Ubisoft

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Octobre 2019

La pharmacogénétique, une formule gagnante pour Ubisoft

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Octobre 2019

«Quand tu regardes les coûts humains et financiers de l’invalidité, ça ne prend vraiment pas beaucoup de journées d’absence en moins pour payer un test de quelques centaines de dollars», selon ­Louis-François ­Poiré, directeur, ­Rémunération globale chez ­Ubisoft ­Montréal. (Photo: courtoisie)

ASSURANCES COLLECTIVES ET RÉGIMES DE RETRAITES. Ubisoft Montréal a été l'une des premières entreprises du Québec à croire au potentiel de la pharmacogénétique d'aider ses employés à se remettre plus vite sur pied... et de mieux gérer les coûts de son régime d'assurance invalidité.

«Mon but, c'est de faire en sorte que les employés puissent être au travail et en pleine forme pour produire les meilleurs jeux vidéo du monde», résume Louis-François Poiré, directeur, Rémunération globale chez Ubisoft Montréal.

Depuis 2016, tout employé qui a reçu un diagnostic de trouble de santé mentale peut passer un test pharmacogénétique, qui sera alors remboursé à 100 % par l'employeur. «On n'a aucune résistance des employés. Ils disent tous oui quand le médecin leur explique que c'est gratuit pour eux et que ça va les aider à guérir plus vite», assure M. Poiré. S'ils le jugent nécessaire, les praticiens peuvent également proposer à leurs patients de se soumettre à un test pharmacogénétique même si leur diagnostic n'est pas lié à la santé mentale. Ubisoft en assumera tout de même les coûts.

Le succès de ce programme repose en grande partie sur la clinique implantée dans les bureaux du développeur de jeux vidéo depuis déjà une dizaine d'années. Les médecins qui y travaillent ont tous inclus les tests pharmacogénétiques dans leur pratique. L'entreprise québécoise qui les fournit, BiogeniQ, s'est d'ailleurs rendue sur place pour donner une formation.

«Notre clinique interne est le plus grand propagateur d'information sur ces tests. On compte beaucoup sur le bouche-à-oreille», explique M. Poiré, qui précise que le programme est aussi offert aux employés qui consultent ailleurs qu'à la clinique d'Ubisoft. Le défi est alors de sensibiliser les travailleurs au fait d'aborder la question des tests pharmacogénétiques avec leur médecin.

Un «no-brainer»

Lors du lancement du programme, il y a trois ans, Ubisoft s'est assurée de mettre en place une stratégie de communication claire et transparente. En plus d'insister sur le fait que l'employeur n'aurait jamais accès aux résultats des tests, l'entreprise a pris bien soin d'expliquer la différence entre la pharmacogénétique et la génétique prédictive. «On a vraiment voulu clarifier que ces tests permettent uniquement de savoir si une molécule sera métabolisée rapidement ou lentement par un individu, c'est tout. Aucune donnée potentiellement discriminatoire n'est recueillie», affirme M. Poiré.

Il admet toutefois ne pas avoir un volume de données suffisamment important pour dégager des résultats statistiquement significatifs en ce qui concerne le bilan du programme trois ans après son implantation, mais dit observer une réduction de la durée des absences des employés. «Pour moi, les tests pharmacogénétiques, ça fonctionne : c'est un no-brainer. Quand tu regardes les coûts humains et financiers de l'invalidité, ça ne prend vraiment pas beaucoup de journées d'absence en moins pour payer un test de quelques centaines de dollars.»

L'utilisation de la pharmacogénétique permet non seulement de réduire la durée des périodes d'invalidité, mais aussi d'améliorer la qualité de vie - et donc la productivité - des employés qui se présentent au travail tout en consommant des médicaments. «La prise de certains médicaments peut causer des nausées, des problèmes de sommeil ou encore des palpitations, ce qui nuit à la concentration au travail. En réduisant la période où les employés sont incommodés par des effets secondaires, on réalise des gains de productivité», indique le directeur.

M. Poiré ne se fait pas d'illusion non plus : la pharmacogénétique a ses limites. «Ce n'est jamais une certitude ; ce n'est pas toutes les molécules que l'on peut tester, et ce n'est pas parce qu'il y a un crochet vert à côté d'une molécule sur le rapport qu'elle va forcément bien fonctionner. Ce n'est pas une science exacte.»

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

La Capitale Assurance et SSQ Assurance annoncent un regroupement

La Capitale Assurance et SSQ Assurance ont annoncé qu'elles avaient l'intention de se regrouper en une seule entité.

Météo en 2019: 1,3 G $ de dommages assurés selon le Bureau d'assurance

2019 s’est classée au septième rang pour l’année des pertes assurées les plus élevées jamais enregistrées au Canada.

OPINION Les assureurs n'ont pas fini leur remontée
Édition du 23 Novembre 2019 | Stéphane Rolland
Assurance et investissement, un malheureux mariage
Édition du 09 Novembre 2019 | Carl Simard, Philippe Veilleux et Yannick Clérouin
Les 5 péchés capitaux de la gestion de cyber crise
01/11/2019 | Pascal Forget

À la une

Bourse: Wall Street dans des montagnes russes, termine en baisse

Mis à jour il y a 13 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. « Les marchés ne sont pas tellement rationnels.»

Titres en action: EasyJet, Cineworld, Airbus...

Mis à jour à 08:43 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Abonnez-vous à vos médias locaux, exhorte la libérale Isabelle Melançon

La députée invite tous les Québécois à prendre conscience de l’hécatombe dans la presse régionale, notamment.