La foule joue les agents de sécurité

Publié le 18/06/2011 à 00:00

La foule joue les agents de sécurité

Publié le 18/06/2011 à 00:00

Par Diane Bérard

Que diriez-vous d'engager des voyeurs dans vos commerces ? C'est ce qu'offre la société britannique Internet Eyes.

Depuis octobre dernier, elle rémunère monsieur et madame Tout-le-monde pour qu'ils regardent les bandes vidéo affichées sur son site et repèrent les activités louches, principalement le vol à l'étalage. Après la foule-traitance (crowd sourcing), voici la crowd surveillance.

Les bandes vidéo du site d'Internet Eyes (interneteyes.co.uk) sont fournies par des commerçants et autres entrepreneurs qui paient pour ce service de surveillance par la foule. Les internautes qui surveillent ont le droit de faire cinq dénonciations par mois, question d'éviter les abus. Les meilleurs agents de sécurité amateurs reçoivent chaque mois un cachet établi selon un système de points : ils en gagnent pour des dénonciations justifiées et ils en perdent pour les fausses pistes.

Qu'une entreprise comme Internet Eyes ait vu le jour en Grande-Bretagne n'étonnera personne. C'est le pays du monde où l'on trouve le plus de caméras de surveillance : 1 pour 14 habitants. Peut-on imaginer mettre en pratique une telle idée au Québec ? Après tout, les détaillants québécois perdent chaque jour 1 730 655 $ à cause du vol à l'étalage, d'après un sondage du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) auprès de 4 250 commerces. " L'utilisation de caméras de surveillance dans les lieux publics est très encadrée au Québec, souligne Éloïse Gratton, avocate-conseil en droit des TI au cabinet McMillan. Avant d'y avoir recours, le commerçant doit avoir examiné d'autres solutions moins invasives pour la vie privée. S'il y a des caméras dans une boutique, elles doivent être utilisées pendant des périodes limitées. " Si une version québécoise d'Internet Eyes voit le jour, elle devra être adaptée à ce cadre juridique, dit Gaston Lafleur, pdg du CQCD. " On imagine mal le public en général regarder ces bandes, il faudra détenir un permis ", ajoute-t-il. " Jusqu'à présent, le Québec a pris une position bien différente de la Grande-Bretagne quant à la protection de la vie privée; nous sommes très avant-gardistes, souligne Mme Gratton. Voulons-nous permettre que nos voisins regardent des vidéos dans lesquelles nous apparaissons en train de faire notre épicerie ? "

VOLS À L'ÉTALAGE, PAR JOUR, DANS DES COMMERCES QUÉBÉCOIS

673 495 $ Commis par des employés

845 180 $ Commis par des clients

Total par année

634 610 000 $

Source : Conseil québécois du commerce de détail

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

À surveiller: Bombardier, Goldman Sachs et Aritzia

08:58 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Bombardier, Goldman Sachs et Aritzia? Voici quelques recommandations d'analystes.

L'industrie du cannabis, ce feu de paille de la Bourse

BALADO. La journaliste Dominique Beauchamp s'est penchée sur la baisse de moitié de la valeur du secteur en 12 mois.

Les produits de vapotage au cannabis deviendront légaux jeudi

Il y a 33 minutes | La Presse Canadienne

Certaines sociétés de cannabis au Canada prévoient une augmentation substantielle de leurs ventes.