«La chaîne de dépanneurs CST Brands, une aubaine»- Alain Chung, vice-président et gestionnaire de portefeuille chez Claret

Publié le 03/08/2013 à 00:00

«La chaîne de dépanneurs CST Brands, une aubaine»- Alain Chung, vice-président et gestionnaire de portefeuille chez Claret

Publié le 03/08/2013 à 00:00

Quelle société est sur votre écran radar ?

CST Brands (NY, CST, 32,62 $ US) est l'ancienne division de détail de Valero Energy, envoyée en Bourse en mai dernier. La société du Texas compte 1 900 établissements au Canada et aux États-Unis. La chaîne Dépanneur du Coin, qui se trouve dans les stations Ultramar au Québec, en fait partie. Lorsqu'une division est séparée de sa maison-mère, il y a toujours des coûts d'exploitation qui traînent derrière. Pour la direction, ceux-ci sont plus visibles que lorsqu'elle travaille dans une division d'une grande société. Si son équipe parvient à réduire ces coûts, nous croyons que CST Brands pourra croître de 8 % à 10 % par année dans les 3 à 4 prochaines années sans tenir compte de la croissance interne. La société a d'ailleurs augmenté ses marges au premier trimestre.

Pourquoi choisir CST Brands plutôt que son concurrent Couche-Tard ?

J'ai beaucoup d'admiration pour Alimentation Couche-Tard (Tor., ATD.B). Cependant, CST Brands est davantage sous-évaluée en ce moment. Couche-Tard s'échange à un multiple de 19 fois les profits. L'action de Couche-Tard peut s'apprécier grâce à des acquisitions. Pour CST, on peut espérer une amélioration des multiples et une croissance par acquisition. C'est plus facile pour CST Brands de croître, car elle est de plus petite taille. Si CST achète 200 magasins, elle augmente sa taille de 10 %. Pour Couche-Tard, qui possède 5 800 établissements, l'impact sera plus modeste.

Y a-t-il des secteurs que vous évitez ?

Je n'aime pas les entreprises qui ne contrôlent pas le prix des biens qu'elles vendent. Par exemple, une société comme la papetière Domtar (Tor., UFS) a connu un certain succès dans les années 1980 et 1990, mais a eu des moments plutôt difficiles ces 10 dernières années. Quand ça va bien, elles vont toutes bien. Quand ça va mal, elles vont toutes mal. C'est difficile d'évaluer le travail de la direction.

Quelle donnée macro-économique suivez-vous plus particulièrement ?

Je suis les données macro-économiques parce que c'est mon travail. Les économistes sont des êtres brillants. Je ne suis pas convaincu qu'on peut prédire l'état de l'économie à court terme avant eux. Je préfère les PME que personne ne regarde.

24 %

L'industrie des dépanneurs est fragmentée chez nos voisins du Sud : 7-Eleven, possède 24 % des parts de marché, tandis que Circle K (Couche-Tard aux États-Unis) suit avec 1,6 %.

Source : Bloomberg

À la une

Les principales attentes des milieux d'affaires pour le budget

12:44 | Dominique Talbot

Budget du Québec. la pénurie de main-d’œuvre et la fiscalité au cœur des préoccupations.

Les partis d'oppositions en veulent plus pour les petites entreprises

14:21 | Dominique Talbot

Les baisses d’impôts anticipées possiblement financées à même le Fonds des générations ne font pas l’affaire des partis.

Prise d'images à la veille du budget: Eric Girard rompt avec la tradition

Il y a 45 minutes | La Presse Canadienne

La tradition veut que le ministre des Finances s’achète des souliers à la veille d’un budget. Pas cette année.