L'acquisition doit créer de la valeur

Publié le 15/11/2008 à 00:00

L'acquisition doit créer de la valeur

Publié le 15/11/2008 à 00:00

Une acquisition doit s'inscrire dans un plan stratégique de croissance. " Elle est destinée à créer de la valeur. Il ne faut pas acheter une entreprise parce qu'il s'agit d'une aubaine ", dit David Pinsonneault, vice-président, services aux entreprises - groupes spécialisés de la Banque Nationale.

Une fois qu'une cible valable est dans la mire, il s'agit de ne pas improviser. " Les entrepreneurs ont souvent hâte de conclure la transaction. Mais il est dangereux de ne pas accorder suffisamment d'importance à la planification ", poursuit l'expert de la Banque Nationale.

Quand vient le temps d'exécuter le plan, diverses options se présentent. " C'est notre rôle de guider les entrepreneurs sur la meilleure façon de structurer leur exploitation, explique Pierre Lessard, directeur des services fiscaux chez PricewaterhouseCoopers et conseiller financier de Trévi depuis cinq ans. Il faut leur faire prendre conscience d'enjeux comme l'impact sur le bilan comptable et l'endettement. Il faut également évaluer s'il est préférable d'acquérir des actifs ou des actions et voir quelle partie pourra financée à l'interne. "

Marier deux cultures d'entreprise

Si l'aspect financier est important lors d'une acquisition, il ne faut pas négliger la culture de l'entreprise visée. " C'est de l'intangible. Souvent, les dirigeants ne consacrent pas assez de temps à l'évaluation des cultures. C'est pourtant un facteur déterminant de la réussite ou de l'échec de l'intégration ", dit Mathieu Gauvin, vice-président principal, groupe financement d'entreprises, de RSM Richter.

Il est primordial d'avoir un plan d'intégration solide lorsqu'on procède à une acquisition. " Il ne faut pas juste se demander comment arrimer les deux entreprises, où faire des économies d'échelle ", dit M. Gauvin.

Un plan d'intégration doit tenir compte de tous les secteurs de l'entreprise : rationalisation de la gamme de produits, réorganisation de la force de vente et de la production. " Une acquisition est un outil très puissant pour mener une entreprise à un niveau supérieur. Toutefois, il y a des risques. Un entrepreneur mal préparé peut mettre en péril son entreprise. Il faut aussi laisser de côté l'émotivité, car elle est mauvaise conseillère ", dit M. Gauvin.

Par ailleurs, lorsqu'on adopte une stratégie de croissance par acquisitions, il faut viser une croissance soutenable. " Il faut respecter un équilibre financier, ne pas augmenter l'endettement à un niveau qui mettrait l'entreprise en difficulté et tenir compte des investissements consécutifs à l'acquisition, comme les coûts d'intégration ", souligne M. Pinsonneault.

L'acquéreur doit aussi respecter sa capacité d'intégration et de gestion. " Il existe un risque de perdre le contrôle organisationnel ", dit M. Pinsonneault. Il faut des gestionnaires qui possèdent l'expertise pour adapter la structure de l'entreprise et garder le contrôle des stocks et de l'information.

Sans oublier de conserver de la souplesse. " Au fur et à mesure des acquisitions, la structure organisationnelle doit être le moins complexe possible afin de donner le maximum de flexibilité à l'entreprise ", dit M. Lessard. Cet expert souligne aussi l'importance d'être bien entouré lorsque l'entreprise grandit. " Les PME devraient s'inspirer de Trévi, qui s'est dotée d'un conseil d'administration comptant des gens d'expérience. " R.C.S.

À la une

Bourse: Wall Street termine en berne, minée par la confiance des ménages

Mis à jour le 28/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse malgré la hausse du cours du pétrole brut.

À surveiller: MTY, Mdf commerce, et Goeasy

Que faire avec les titres de Groupe d’alimentation MTY, mdf commerce et goeasy?

Le BSFI modifie les règles sur les prêts immobiliers pour réduire le risque

Les consommateurs ne verront pas d’augmentation de leurs exigences de paiement mensuel à la suite de ce changement.