Il y a une vie après Nokia

Publié le 04/08/2012 à 00:02, mis à jour le 04/08/2012 à 09:56

Il y a une vie après Nokia

Publié le 04/08/2012 à 00:02, mis à jour le 04/08/2012 à 09:56

Par Olivier Schmouker

Pétra Söderling est à la tête de Mobile Brain Bank. Photo : OSchmouker.

La Finlande connaît une recrudescence du nombre de jeunes pousses, un phénomène directement lié aux nombreux licenciements chez Nokia, géant national en difficulté.

Le Canadien Stephen Elop a supprimé quelque 40 000 postes chez Nokia depuis qu'il en est le pdg, soit depuis septembre 2010. C'est un peu plus du quart de l'effectif. Le coup est rude pour la Finlande, même si la grande majorité des compressions ont concerné l'étranger : la fermeture de l'usine de Salo, par exemple, est programmée pour la fin de l'année, si bien que la ville du sud-ouest du pays, qui croule déjà sous le nombre de chômeurs, s'interroge fortement sur son avenir économique.

Heureusement, certains, au lieu de se morfondre, voient plutôt là une occasion. «D'innombrables talents bénéficient maintenant de la plus grande liberté possible pour réaliser leurs rêves, au lieu de se contenter de travailler pour l'ex-numéro 1 mondial des cellulaires, dit Ismo Rantala, pdg de la Finnish Mobile Association. La Finlande compte aujourd'hui quelque 600 start-up toutes neuves, un nombre formidable pour un pays de 5,2 millions d'habitants.» Et parmi ces centaines de nouvelles entreprises, des dizaines sont issues des rangs de l'ancien fleuron national.

Un exemple : Mobile Brain Bank. Sa fondatrice, Petra Söderling, a travaillé pendant 12 ans chez Nokia et avait contribué, entre autres, à l'élaboration de Symbian, un système d'exploitation pour cellulaires. Elle a perdu son emploi l'an dernier. Parce que son poste devait être supprimé, mais aussi parce qu'elle a sauté sur une occasion en or.

«Des milliers de programmeurs de génie se retrouvaient sur le carreau, un peu partout dans le monde. En Finlande, en Angleterre, en Roumanie, aux États-Unis, en Inde, etc. J'ai eu l'idée de monter une banque de pigistes et de créer un site Web mettant en contact les entreprises désireuses d'avoir des applications mobiles et des programmeurs doués», dit-elle.

Cette idée, Mme Söderling l'a eue avant de perdre son emploi. Elle en a parlé à sa direction, mais Nokia ne s'y est pas intéressée. Quand elle a senti que son poste était en danger, elle a compris que le moment était venu pour elle de se lancer. Et son employeur l'a encouragée, en lui accordant du temps pour s'organiser et même en se portant garant de son emprunt bancaire.

À présent, les affaires roulent bien pour Mme Söderling. Sa banque de cerveaux contient plus de 2 500 programmeurs. Les entreprises se ruent sur ce moyen pratique et peu onéreux d'avoir des applications performantes. Et Mobile Brain Bank, qui prend une commission de 10 % sur chaque transaction, a récemment ouvert un bureau à New York pour se développer davantage.

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...