Diversifier ses marchés pour optimiser sa production

Publié le 23/03/2013 à 00:00

Diversifier ses marchés pour optimiser sa production

Publié le 23/03/2013 à 00:00

Des débuts de semaine chargés et des jeudis et vendredis tranquilles, c'était la routine des Presses du Fleuve, une entreprise de Montmagny qui imprime des journaux et des circulaires. Pour optimiser la productivité et régulariser les activités, il fallait développer de nouveaux marchés.

C'est ainsi que la nouvelle division, Étiquettes PDF, a été créée il y a un an. Philippe Bégin, qui avait auparavant fait carrière chez le fabricant d'emballages de plastique IPL, a eu l'idée d'offrir l'impression numérique sur des pellicules de polypropylène, un secteur d'avenir.

«On a acheté chez HP la presse numérique la plus rapide offerte sur le marché, celle qui a aussi la résolution d'image la plus précise. Nous avons été les premiers en Amérique du Nord à faire cette acquisition», raconte le pdg d'Étiquettes PDF.

L'entreprise, qui a investi 2,4 millions de dollars dans le projet, s'est ainsi rapidement positionnée dans un marché en expansion, celui des étiquettes IML (In Mold Labeling). Ces étiquettes sont imprimées sur une pellicule fine qui est ensuite moulée au contenant de plastique, duquel elle devient indissociable.

«C'est répandu en Europe. Ici, en Amérique du Nord, beaucoup moins, mais c'est en forte croissance», constate M. Bégin. Il est persuadé de renforcer la tendance, car son entreprise peut livrer les étiquettes IML dans un délai de quelques jours, alors qu'auparavant, les fabricants de contenants devaient s'approvisionner en Europe et patienter de six à huit semaines pour recevoir leurs commandes.

Niche haut de gamme

Actuellement, en Amérique du Nord, la technologie IML ne représente que 3 % du marché de l'étiquetage, alors que les étiquettes autocollantes de plastique constituent 45 % du marché. C'est pourquoi Étiquettes PDF investit dans les deux secteurs.

«L'IML, c'est un petit marché pour le moment, mais c'est une belle niche pour faire fonctionner les équipements à temps plein. On a ciblé des clients qui tiennent à leur image de marque, on fait du haut de gamme», précise Philippe Bégin, qui a quitté IPL par désir de relever les défis de gestion et de croissance d'une PME.

Après un an d'exploitation, l'entreprise a convaincu des clients du Québec, du Nouveau-Brunswick, de l'Ontario et des États-Unis.

C'est donc un démarrage prometteur pour Étiquettes PDF, mais aussi un gain de productivité appréciable pour Les Presses du Fleuve. Car la nouvelle division installée dans la même usine a permis de maximiser l'utilisation de l'espace et des ressources humaines. Il y avait auparavant 2 500 pieds carrés de superficie inutilisée en usine, et les 32 employés n'avaient pas tous du travail à temps complet.

Comme Les Presses du Fleuve louent un espace et des ressources humaines à Étiquettes PDF, cela lui a permis de générer des économies de près de 200 000 $ en un an. Étiquettes PDF prévoit rentabiliser son investissement d'ici environ six mois.

«On met les bouchées doubles ces temps-ci, car, plus vite on aura atteint la rentabilité, plus vite on pourra prendre de l'expansion», souligne Philippe Bégin.

Comme il n'existe qu'une dizaine de clients potentiels au Québec pour la technologie IML, il faudra viser d'autres marchés. Mais avec une croissance de 10 % par année, ce qui est deux fois plus élevé que les étiquettes autocollantes, IML est susceptible de prendre beaucoup de place dans les activités de la jeune entreprise.

«Il y a un côté vert à cette technologie, car l'étiquette et le contenant étant faits de la même matière, on peut facilement recycler», explique l'entrepreneur, notant au passage que des géants comme Wal-Mart insistent de plus en plus pour des solutions vertes dans les emballages.

Les étiquettes IML ont aussi l'avantage de pouvoir facilement épouser des formes de contenant diversifiées. Les contenants carrés ou rectangulaires étant de plus en plus en vogue, parce qu'ils réduisent les pertes d'espace sur les palettes de transport, l'avenir s'annonce bien pour Étiquettes PDF.

À la une

Déconstruire les vieux mythes

BLOGUE INVITÉ. En achetant Clearwater Seafoods, les Mi’kmaq ont montré qu’ils savent brasser des affaires.

Les objectifs d’Equinor, BP et Shell «incompatibles» avec l’accord de Paris

Il y a 59 minutes | AFP

Les scénarios parviennent pas à limiter le réchauffement et dépasseraient largement la limite de 1,5 °C.

Stations de ravitaillement d’hydrogène: la Québécoise Charbone conclut une entente

Charbone a donné en juin le premier coup de pelle de la construction de son usine d’hydrogène vert à Sorel-Tracy.