Des centres de contrôle qui parlent maintenant d'une seule voix

Publié le 07/05/2011 à 00:00

Des centres de contrôle qui parlent maintenant d'une seule voix

Publié le 07/05/2011 à 00:00

Profitant de la déréglementation du marché de l'électricité en Amérique du Nord, Énergie renouvelable Brookfield, de Gatineau, s'est retrouvée avec un portefeuille de centrales hydroélectriques diversifié. Au total, elles produisent plus de 4 000 mégawatts (MW) d'électricité.

Ces centrales étaient gérées par cinq centres de contrôle régionaux qui utilisaient différents logiciels de contrôle, avaient des méthodes de travail et utilisaient des procédures d'exploitation disparates. Conséquences : le courtage d'énergie était difficile.

C'est pourquoi, en 2008, elle confie à BBA le mandat de concevoir deux centres de contrôle et de gestion de production électrique. L'un est situé à Marlborough, au Massachusetts, et couvre le territoire américain; l'autre se trouve à Gatineau et dessert le Canada. D'une durée de deux ans, le mandat a été achevé en décembre 2010.

Chaque centre national réunit dorénavant l'ensemble des bases de données des centres régionaux. Si un centre de contrôle national perd ses données, les centres régionaux sont en mesure de l'aider.

Les méthodes de travail ont également été uniformisées. Désormais, l'entreprise contrôle simultanément son portfolio de production électrique à partir d'un seul parquet de courtage.

Renforcer la sécurité

Un des défis majeurs de ce projet, raconte Martin Milot, qui a chapeauté l'équipe d'une douzaine de personnes chargées du projet, a consisté à imaginer les centres de contrôle de manière à répondre aux exigences de l'organisme de réglementation du réseau électrique américain, très soucieux de la sécurité des installations physiques.

Résultat : les nouveaux centres de contrôle et certains éléments critiques des centrales hydroélectriques sont maintenant dotés de protections accrues, comme des caméras de surveillance et des détecteurs de mouvement. La protection des réseaux informatiques a aussi été renforcée afin de faire échec à d'éventuelles attaques. Les accès informatiques à distance sont maintenant limités et les utilisateurs du réseau informatique, identifiés.

En dépit des imprévus, souligne BBA, qui a remporté un Léonard dans la catégorie Télécommunications et nouvelles technologies dans le cadre des Grands Prix du génie-conseil pour ce projet, des économies de 7 % ont été réalisées à la fin du mandat, soit 1 million de dollars américains (M$ US) par rapport à un budget total de 15 M$ US.

LE FACTEUR DE RÉUSSITE

La synergie entre les employés des centres régionaux ainsi qu'entre les opérations canadiennes et américaines. " Cette centralisation de l'information permet aujourd'hui de développer plus rapidement des solutions et de partager des connaissances ", indique Martin Milot.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Énergies fossiles: prudence avec les «actifs échoués»

BALADO - La Banque du Canada met en garde les investisseurs dans sa dernière Revue du système financier - 2019.

À quoi tient notre avenir? À la beauté!

CHRONIQUE. La preuve par l'exemple avec le designer Daan Roosegaarde, de passage à C2 Montréal...

C2 Montréal: le chef Marcus Samuelsson parle de santé mentale

BLOGUE. À 23 ans, il fut le plus jeune chef couronné de 3 étoiles. Il vient d'ouvrir son premier restaurant à Montréal.