De désert à lieu animé quatre saisons

Publié le 18/06/2011 à 00:00

De désert à lieu animé quatre saisons

Publié le 18/06/2011 à 00:00

Par Claudine Hébert

C'est à la firme Daoust Lestage que la Ville de Montréal a confié la réalisation de la Place des festivals du Quartier des spectacles, dont les travaux ont été amorcés en 2007. Il faut dire que les deux parties se connaissaient bien puisqu'elles avaient travaillé ensemble lors de la création du Quartier international quelques années auparavant.

" Daoust Lestage a la capacité de développer des projets que la population s'approprie ", souligne Clément Demers, directeur général du Quartier International de Montréal, mandaté pour gérer l'aménagement du Quartier des spectacles, dont la Place des Festivals.

Cet élément a pesé dans la balance quand est venu le moment de choisir les architectes. Le défi était grand : il fallait transformer la rue Jeanne-Mance, entre le boulevard Maisonneuve et la rue Sainte-Catherine, de même qu'un stationnement en une place animée capable d'accueillir 25 000 personnes.

Un projet novateur

La Place des festivals est le premier lieu public créé au sein du Quartier des spectacles. Ce projet de 120 millions de dollars (M$), qui sera terminé d'ici 2013, comprend près de 250 jets d'eau éclairés, qui forment la plus grande fontaine interactive du pays. Un élément auquel tenait beaucoup Daoust Lestage afin que l'endroit demeure animé même quand la période des festivals est passée.

Au centre de la Place, les architectes ont eu l'idée de créer les vitrines habitées, deux bâtiments rectangulaires, qui abritent la Brasserie T et le Café F.

Aménager dans un local long et étroit des restaurants presque entièrement vitrés avec une cuisine au sous-sol n'est pas simple. Pour mettre au point ce concept novateur, Daoust Lestage a travaillé en collaboration avec le chef Normand Laprise et son associée, Christine Lamarche, du restaurant Toqué !. " Ils nous ont demandé quelques conseils techniques en matière d'aménagement. On leur a notamment suggéré d'ajouter un quai de livraison et des toilettes pour les employés ", raconte Mme Lamarche.

De consultant à client

Au fil des consultations, les deux associés du Toqué ! ont décidé de s'engager dans l'aventure. " Nous étions pourtant sceptiques au départ. Malgré l'audace du concept, tout le volet pratico-pratique de ce bâtiment de verre nous inquiétait ", dit Mme Lamarche. En plus de se retrouver au sous-sol, les cuisines n'auraient pas de conduits directs vers le toit pour l'aération. Il fallait également établir toute une logistique auprès des fournisseurs afin qu'ils livrent à des heures précises en fonction de la fermeture des rues pendant la période des festivals.

Des aléas qui ont cessé de tracasser les proprios face au succès obtenu. Les deux adresses affichent souvent complet.

L'oeuvre urbaine de Daoust Lestage a été récompensée lors des Prix d'excellence d'architecture 2011, deux fois plutôt qu'une. Le jury lui a accordé le premier prix dans les catégories Design urbain et Bâtiments commerciaux de moins de 2 M$ (pour les vitrines habitées).

Chez Daoust Lestage, on se réjouit de ces honneurs. Mais rien n'égale le plaisir de voir les gens affluer vers ce nouveau coeur montréalais. " C'est la preuve que l'on a réussi ", indique l'urbaniste Réal Lestage, cofondateur de Daoust Lestage.

Client : Ville de Montréal Architecte : Daoust Lestage

Coût : 120 M$

Défi : Concevoir une place publique animée à l'année longue.

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

La cadence annuelle des mises en chantier hausse de 16% en juillet

Il y a 53 minutes | La Presse Canadienne

Le taux annualisé et désaisonnalisé des mises en chantier a atteint 245 604 unités en juillet.

À surveiller: Cominar, Couche-Tard et Power Corporation

Que faire avec les titres de Cominar, Couche-Tard et Power Corporation? Voici quelques recommandations d'analystes.

Le Québec a perdu 450 000 emplois en quatre mois

L’industrie des services d’hébergement et de restauration a connu une baisse de près de 100 000 emplois.