Construction d'un éco-quartier en Mauricie

Publié le 06/12/2008 à 00:00

Construction d'un éco-quartier en Mauricie

Publié le 06/12/2008 à 00:00

Par Pierre Théroux

Cette série présente des entrepreneurs sociaux, des gens qui veulent apporter une solution innovante à un problème social ou environnemental. Une façon de changer le monde avec les outils et le dynamisme d'un entrepreneur.

À cinq minutes du Parc national de la Mauricie, dans un décor forestier entouré de lacs et de rivières, une famille est au coeur d'un projet domiciliaire nouveau genre : la construction d'un éco-quartier.

Dans cette petite municipalité de la Mauricie, située à une quarantaine de minutes de Trois-Rivières, les dirigeants de la coopérative familiale Les habitations Apex ont décidé d'aménager un secteur résidentiel écologique où vivront des propriétaires amoureux de la nature et soucieux de l'environnement. " Nous voulons offrir d'autres façons de construire, mais aussi de vivre ", explique la présidente, Isabelle Saint-Arnaud.

L'éco-quartier De feuilles en aiguilles comptera une soixantaine de maisons unifamiliales, de même qu'une dizaine d'habitations communautaires dont une garderie, une résidence pour aînés et des logements coopératifs. On y trouvera aussi parcs et jardins communautaires.

Lancé en février 2007, le lotissement comprend actuellement cinq maisons (une sixième est en construction), alors qu'une vingtaine de terrains, d'une superficie d'environ 2 000 m2 (21 520 pi2) ont aussi été vendus ou réservés (à partir de 15 000 $).

Des fenêtres orientées au sud favorisent les économies d'énergie. Des systèmes de récupération des eaux grises sont aussi installés. Il n'y aura pas d'asphalte sur les chemins et les entrées, et tondeuses à gazon et climatiseurs ne sont pas les bienvenus.

" Le projet attire surtout des jeunes, non seulement d'ici, mais aussi des régions de Montréal, de Québec et de l'Estrie ", dit Mme Saint- Arnaud, précisant que le projet s'échelonnera sur une période de dix ans.

Soutien familial

C'est après avoir constaté que leurs emplois ne nourrissaient plus leur soif de défis, qu'Isabelle (enseignante) et son conjoint Patrick (biologiste) ont fait le pari de créer leur propre exmploi.

" Le projet de construire des maisons en bois mijotait déjà, depuis que nous avions fait l'autoconstruction d'une maison pièce sur pièce ", dit Isabelle Saint-Arnaud.

Avec le soutien de six autres fondateurs, ils entreprennent alors des recherches sur les techniques de construction pièce sur pièce utilisées en Europe, dans l'Ouest canadien et aux États-Unis. Avec l'intention de développer un produit unique. " Nous voulions proposer des matériaux différents, plus sains et écologiques. "

Les habitations Apex voient le jour en 2004.

Retour aux sources

En deux ans, la coopérative, qui compte aussi six employés, construira une vingtaine de maisons au Québec à partir de matériaux durables et écologiques. Les essences de bois que préconise Apex sont la pruche et le mélèze, " pour leur résistance, leur coût et leur chaleur incontestable ".

La coopérative a aussi remplacé les bardeaux d'asphalte ou de cèdre par le bardeau de mélèze, utilisé couramment dans les Alpes du Sud. Exit aussi la laine minérale, qui est remplacée par une laine de coton recyclée pour isoler naturellement greniers, toitures, murs et cloisons.

Mais, en 2006, les fondateurs remettent en question ce travail loin de leur domicile. " Les absences prolongées commençaient à peser lourd. On s'éloignait des valeurs qui nous avaient d'abord poussés à démarrer l'entreprise, comme la qualité de vie, la famille et le bonheur au travail ", dit Isabelle Saint-Arnaud.

C'est ainsi que l'équipe a décidé d'appliquer les recettes des Habitations Apex au projet d'éco-quartier de Saint- Mathieu-du-Parc.

Pour en savoir plus sur l'entrepreneuriat social, cliquez sur l'onglet Dossiers sur LesAffaires.com.

pierre.theroux@transcontinental.ca

À la une

Le Canada se fait damer le pion par la Chine en Amérique du Sud

11/06/2021 | François Normand

ANALYSE. L'Europe s'inquiète de la perte de son influence économique dans le Mercosur. Le Canada, lui, regarde ailleurs.

Lumenpulse renonce à son retour en Bourse

11/06/2021 | Denis Lalonde

Lumenpulse, qui souhaitait revenir en Bourse à une valorisation d'un milliard de dollars, interrompt son PAPE.

Lumenpulse revient en Bourse avec une valeur d'un milliard

BLOGUE. Lumenpulse devient LMPG et revient en Bourse avec deux nouveaux partenaires québécois.