Cominar et cie : plus sensibles à Sears qu'il n'y paraît


Édition du 30 Septembre 2017

Cominar et cie : plus sensibles à Sears qu'il n'y paraît


Édition du 30 Septembre 2017

Par F.P.

L'exposition directe des différentes sociétés immobilières canadiennes à la faillite de Sears est assez bien connue et documentée. Michael Markidis juge qu'il vaut peut-être mieux considérer aussi l'exposition indirecte. L'analyste de Desjardins Marché des capitaux rappelle que, lors du départ de Target, plusieurs propriétaires immobiliers avaient eu de la difficulté à retenir des locataires ou à augmenter les loyers dans des propriétés périphériques. Pour l'instant, Sears doit fermer 50 magasins et éventuellement reprendre son exploitation, mais l'avenir n'est pas clair. M. Markidis a calculé le pourcentage des aires locatives potentiellement touchées dans un rayon de 5 km d'un magasin Sears. En cas de fermeture complète de la chaîne, 50 % du portefeuille de détail de Cominar (CUF.UN, 13,41 $) risque d'être affecté. En considérant le portefeuille total, on tombe cependant à moins de 15 %. Les sociétés les plus à risque sont First Capital Realty (FCR, 19,98 $), RioCan (REI.UN, 23,93 $) et Smart Real Estate Investment (SRU.UN, 29,83 $).

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.